Worben

Comm. BE, distr. de Nidau, arrondissement administratif du Seeland, entre le Jensberg et l'ancienne Aar, à l'extrémité nord du Grand-Marais. 1228 apud Worbun. 151 hab. en 1764, 454 en 1850, 776 en 1900, 1063 en 1950, 2199 en 2000. Vestige néolithique isolé au Binnenkanal. A Tribey-Paletzey, éléments de la voie romaine qui menait à Petinesca sur le Jensberg (W. abrite un accès à ce site et est inclus dans la zone archéologique protégée). Les villages d'Oberworben et Unterworben relevaient des comtes de Neuchâtel-Nidau. Les abbayes de Gottstatt et de Frienisberg y possédaient des terres (donation de ministériaux). En 1398, W. revint à Berne avec l'Inselgau (circonscription judiciaire de Jens dans le bailliage de Nidau). Oberworben et Unterworben formaient deux terroirs, mais une seule commune. En 1783, Oberworben comptait vingt-six maisons avec le hameau de Worbenbad (trois maisons et un moulin; rattaché au district d'Aarberg jusqu'en 1891), mentionné déjà en 1463, Unterworben, cinq maison et un moulin. Les deux villages étaient exposés aux crues périodiques de l'Aar, jusqu'à la première correction des eaux du Jura (détournement du cours, 1868-1891). Un pont remplaça en 1886-1887 le bac pour Lyss. W. et Kappelen procédèrent ensemble au remaniement parcellaire (1954-1968). Les frontières communales avec Lyss furent redéfinies en 1891, avec Kappelen en 1956 et 1979. A la céréaliculture s'ajouta précocement l'arboriculture (fondation de la pépinière Seeland Baumschulen en 1890). Au début du XXIe s., la production de légumes et de petits fruits prédomine (autocueillette sur certaines parcelles). La population augmenta rapidement à partir de 1960, grâce à une situation favorable entre les centres industriels de Bienne, Lyss, Aarberg et Berne, jointe à la présence d'entreprises locales (produits cosmétiques). Avec l'essor des constructions (établissement scolaire avec salle polyvalente, places de sports, maison communale en 1991), Oberworben et Unterworben ne font plus qu'un. La commune abrite un foyer régional avec ateliers pour personnes handicapées depuis 1991. L'établissement médicosocial Seelandheim, issu de l'asile pour indigents fondé en 1876 dans les locaux des anciens bains de W., comptait quelque 400 pensionnaires en 2011. Cette institution, l'exploitation agricole modèle voisine et l'hôtel Worbenbad (reconstruit en 1972) constituent un centre de gravité de la localité. Au spirituel, W. fait partie de la paroisse de Bürglen, mais dispose d'une cure depuis 1952. Sur les rives de l'ancienne Aar se trouve la réserve naturelle de Burgergiesse.


Bibliographie
– P. Aeschbacher, Stadt und Landvogtei Nidau von den Anfängen bis ins 16. Jahrhundert, 1929
100 Jahre Seelandheim Worben, 1977
– A. Staudenmann, Festschrift 750 Jahre Worben, [1978]
– J. Mathez, Bauinventar der Gemeinde Worben, 2002

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / UG