No 13

Hauser, Fritz

naissance 3.6.1884 à Bâle, décès 26.3.1941 à Berne, prot., de Bâle. Fils de Johann Friedrich, compagnon tailleur. ∞ 1910 Wilhelmine Meyer, fille d'Ernst, secrétaire de l'orphelinat. Maître d'école primaire et secondaire, études d'économie politique à Bâle, doctorat en 1915. Député socialiste au Grand Conseil bâlois (1911-1918), conseiller d'Etat (1918-1941), conseiller national (1919-1941, président 1937-1938). Président de la section bâloise du Syndicat suisse des services publics (SSP/VPOD, 1930-1941), président de la Fédération suisse de football (1917-1920). Chef du Département de l'instruction publique (1919-1941), H. marqua de son empreinte la politique éducative et culturelle du canton grâce à la révision de la loi sur l'école et l'université, la création d'un fonds cantonal pour la culture ainsi que la construction d'un musée des beaux-arts et des bâtiments de l'université. Il encouragea la mise en place d'une caisse cantonale pour les veuves et les orphelins, l'introduction de l'assurance accident obligatoire pour les élèves, l'aide sociale scolaire, les cours de maturité pour adultes et l'université populaire. En 1921, avec Gustav Wenk, il fut l'un des rares socialistes à ne pas adhérer au parti communiste. Il fut ensuite considéré comme le représentant de l'aile droite de son parti et l'antipode de Friedrich Schneider, ainsi que, après une réélection disputée, comme la tête pensante du gouvernement socialiste de "Bâle la Rouge" (1935). Au Conseil national, H. se fit un nom comme spécialiste de politique financière et comme membre de la commission de gestion et de la commission des pleins pouvoirs.


Bibliographie
– A. Rüegg, «Aus dem Volk und für das Volk», in Vom Geist der Polis, 1964, 71-81
– Y. Porchet, Die Basler Bildungspolitik in der Zeit Fritz Hausers, mém. lic. Bâle, 1987
– Ch. Stirnimann, Die ersten Jahre des "Roten Basel", 1935-1938, 1988

Auteur(e): Gregor Spuhler / FP