Sabahaddin

naissance 1879 (?) à Istanbul, décès 30.6.1948 à Neuchâtel, mus., Ottoman. Fils de Mahmud Celaleddin Pacha et de Seniha Sultan, sœur du sultan Abdulhamid II. Education très complète à la cour ottomane. A la fin de 1899, S., son frère et son père, lequel s'était brouillé avec le sultan, s'enfuirent en Grande-Bretagne, puis à Genève, centre de l'opposition ottomane. Après un avertissement du Conseil fédéral, ils quittèrent Genève pour Paris et Londres (1900). Alors favorable à la violence révolutionnaire, S. dirigea l'opposition en exil. De retour dans l'Empire ottoman après la révolution des Jeunes-Turcs et la prise de pouvoir du Comité pour l'unité et le progrès (1908), S., opposé au centralisme et à l'ethno-nationalisme de son époque, revendiqua un empire de type fédératif. Le parti libéral qu'il avait fondé fut interdit en 1909 et S. fut à nouveau contraint à l'exil en 1913. Durant la Première Guerre mondiale, il séjourna en Suisse romande où il fut le chef des opposants à la guerre. En 1918, il retourna à Istanbul dans l'espoir de réaliser ses visions politiques, mais fut banni en 1924 par les nationalistes victorieux de Mustafa Kemal (Atatürk). Son projet de démocratiser la Turquie par la décentralisation et l'initiative privée reposait, en partie, sur les théories sociales d'Edmond Demolins et de Frédéric Le Play. S. vécut retiré en Suisse dès 1924.


Bibliographie
– H. Bozarslan, «Le Prince Sabahaddin (1879-1948)», in RSH, 52, 2002, 287-301

Auteur(e): Hans-Lukas Kieser / EGO