30/03/2012 | communication | PDF | imprimer | 

Port

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. BE, distr. de Nidau, arrondissement administratif de Bienne, s'étendant de part et d'autre du canal Nidau-Büren et jusqu'au pied du Jensberg. 1228 Port. 97 hab. en 1764, 226 en 1850, 377 en 1900, 563 en 1950, 1251 en 1960, 2799 en 2000.

1 - Préhistoire

La construction du canal de Nidau-Büren en 1868-1875, les basses eaux de 1888-1889, puis divers chantiers de rives permirent de découvrir des sites archéologiques qui ne furent pas exploités systématiquement. En 1936 et en 1980, les fouilles du Stüdeli ont révélé des habitats (pilotis) et plusieurs horizons de la civilisation néolithique de Cortaillod (deuxième quart du IVe millénaire av. J.-C.). On a recueilli dans l'ancien cours de la Thielle, entre P. et Nidau, quelques objets de l'âge du Bronze (épées, pointes de lance, haches, faucilles). Des armes et ustensiles celtiques de plus grande valeur (deux casques, des récipients métalliques, quelque 120 épées et des pointes de lance) sont datés du IIe au Ier s. av. J.-C. Plusieurs épées étaient brisées, tordues ou présentaient des marques de choc. Sur une épée de fer pliée se trouve la plus ancienne inscription connue de Suisse: on y voit, en caractères grecs tracés en pointillé, le nom de Korisios, probablement le fabricant ou le propriétaire de l'arme, et une estampille montrant deux chèvres dressées de part et d'autre d'un arbre. Au milieu de la Thielle, une double rangée de pieux de chêne non datés appartiendrait à un ancien pont. Un squelette a été signalé à Portländte. La configuration du site et les objets découverts à P. suggèrent, comme à La Tène, qu'on y pratiquait l'immersion d'offrandes du haut d'un pont. La rivière a également livré quelques armes et ustensiles métalliques gallo-romains, médiévaux et modernes.

Auteur(e): Felix Müller (Berne) / LA

2 - La commune

Ancien port de l'Antiquité tardive, P. fit partie du domaine du château des comtes de Neuchâtel dès le XIIe s. et de celui des comtes de Nidau au XIIIe. Après l'extinction des Nidau, la localité passa avec l'Inselgau en 1382 à Fribourg et, en 1398, à Berne qui l'attribua au quartier de Bellmund dans le bailliage de Nidau. L'église, mentionnée en 1228, avait sous sa dépendance la chapelle du château de Nidau et, dès 1453, l'église de Bellmund. Berne incorpora le prieuré de l'île Saint-Pierre (détenteur du patronage) au chapitre Saint-Vincent et remit à ce dernier, en 1395, la moitié des revenus de l'église de P., avant de la désaffecter en 1528 (dernière mention en 1588), les fidèles étant confiés à la paroisse de Bürglen, puis à celle de Nidau (1539). P. abritait, le long de la route Nidau-Aarberg, la chapelle de la maladrerie de Nidau, reconstruite comme chapelle funéraire en 1825-1826, utilisée et transformée à plusieurs reprises au XXe s.

Le canal Nidau-Büren, équipé en 1936-1938 d'un barrage, d'une écluse et d'un débarcadère, traversait la zone encore non bâtie de Portmoos. Une partie de celle-ci se retrouva isolée sur la rive nord du canal (la limite communale ayant été maintenue sur l'ancien cours de la Thielle), jusqu'à la construction d'un pont suspendu. A partir des années 1950, P. subit de plus en plus l'influence de Bienne, mais le Grand Conseil bernois, en 1950-1951, refusa une fusion pourtant souhaitée par les deux communes. Diverses entreprises s'implantèrent dans la zone artisanale de Portmoos et Spärs (outillage, bâtiment, machines de précision et instruments, petit artisanat). En 2005, le secteur secondaire fournissait 80% des emplois (proportion nettement supérieure à la moyenne). Le taux de navetteurs était néanmoins élevé (83%), avec pour principales destinations Bienne et Nidau, localités dont P., ancien village d'agriculteurs et de pêcheurs, est devenu la banlieue. L'augmentation de la population a été à l'origine d'une intense activité de construction dès les années 1960. Les bâtiments scolaires datent de 1954 et 1968-1971 et le centre paroissial protestant Saint-Matthieu, administré par la cure d'Ipsach, de 1980.

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / LA

Références bibliographiques

Bibliographie
– P. Aeschbacher, Stadt und Landvogtei Nidau von den Anfängen bis ins 16. Jahrhundert, 1929
– R. Wyss et al., Gewässerfunde aus Port und Umgebung, 2002
– H. Zwahlen, Die jungneolithische Siedlung Port-Stüdeli, 2003
– R. Walker, Bauinventar der Gemeinde Port, 2009