Banque commerciale de Bâle

Fondée par des représentants du capital industriel et commercial bâlois, ainsi que par des banquiers privés, la B. (Basler Handelsbank) s'ouvrit en 1863 avec un capital-actions de 20 millions de francs. Le bilan resta modeste (21 millions en 1895) jusqu'au milieu des années 1890, époque où la B. commença de se hisser au niveau des grandes banques (bilan: 144 millions en 1912, 335 millions en 1918; capital-actions: 60 millions en 1918). Après l'apogée de 1928 (bilan: 666 millions; capital-actions: 100 millions), la B. souffrit du poids de ses engagements en Allemagne (moratoire des transferts en 1931) et du retrait de capitaux français en fuite (scandale Berthoud en 1932); en 1935, le bilan était de 286 millions. Un report d'échéance (1935-1937) et des réductions de capital (1932, 1934 et 1937) n'apportèrent que des allégements temporaires. Lorsque les versements en provenance de l'Allemagne cessèrent, la Commission fédérale des banques dut accorder le 1er août 1945 un délai de paiement. La Société de banque suisse (SBS) reprit les affaires à son compte et laissa subsister la B. comme institut de liquidation des avoirs bloqués, qui allaient connaître une réévaluation substantielle à la faveur du miracle économique allemand. Convertie en société financière de participation en 1957, la B. eut à affronter en 1989 de nouvelles difficultés par suite de mauvais investissements en République fédérale. Contrainte à des injections massives de capitaux, la SBS revendit en 1991 l'établissement à la compagnie genevoise de participation Harwanne, qui le fit retirer de la cotation boursière en 1998.


Bibliographie
– H. Bauer, 125 Jahre Basler Handelsbank (1863-1988), [1988]

Auteur(e): Bernard Degen / WW