01/02/2011 | communication | PDF | imprimer

Orpund

Comm. BE, distr. de Nidau, sur la rive gauche du canal de Nidau-Büren, comprenant le village d'O., l'ancien couvent de Gottstatt et le hameau de Zihlwil. 1255 Orpunt, ancien nom franç. Orpondes. 191 hab. en 1764, 446 en 1850, 624 en 1900, 891 en 1950, 2013 en 1970, 2502 en 2000. Vestiges du Néolithique, de l'âge du Bronze et de La Tène retrouvés lors de la construction du canal de Nidau-Büren; mise au jour de trouvailles isolées datant peut-être du Néolithique (Orpundmoos-Stöck), d'un dépôt remontant peut-être au Bronze, de restes d'un établissement romain (Büttenberg) et de tombes de La Tène (Muntel). Les comtes de Neuchâtel-Nidau remirent O., qui faisait partie de leur seigneurie, à l'abbaye de Gottstatt, leur couvent familial, et exercèrent la justice en tant qu'avoués. A la fin du XIVe s., le village revint à Berne avec les autres possessions de Nidau et à la juridiction de Scheuren dans le bailliage de Nidau; en 1798, il fut attribué au district de Büren, en 1803 au bailliage (Oberamt), puis district de Nidau. Au spirituel, une partie du village était rattachée à Mett, une autre à l'église paroissiale située sur le Büttenberg. A la Réforme, Berne attribua O. à la nouvelle paroisse de Gottstatt; l'église conventuelle servit dès lors de paroissiale. Riverain de la Thielle, le village vivait de l'agriculture et de la pêche. En 1305, O. intenta un procès au couvent à propos d'une île sur la Thielle. Les hameaux de Zihlwil et de Möschleren (ce dernier abandonné à la fin du bas Moyen Age) géraient eux-mêmes l'assolement de leurs terres. La correction des eaux du Jura, avec le détournement du cours de l'Aar vers le lac de Bienne et la construction du canal de Nidau-Büren (1868-1875), délivra O. des inondations (marais d'O.) et du fardeau des travaux d'endiguement, mais obligea aussi la commune à redéfinir ses frontières avec celle de Schwadernau, séparée de son marais. La proximité de la ville industrielle de Bienne favorisa, dès les années 1950, une croissance rapide du nombre d'habitants et le développement d'activités artisanales (construction de machines, électronique, fabrique de scies, galvano-technique, commerce équitable, construction); la part des travailleurs pendulaires y est toutefois très élevée (79% en 2000). De nouveaux quartiers virent le jour dès les années 1960, celui de Wingarten notamment. L'école secondaire ouvrit ses portes en 1970 (regroupement scolaire avec Meinisberg, Safnern et Scheuren). En 2005, 60% des emplois dans la commune relevaient du secteur secondaire, 37% du tertiaire.


Bibliographie
– P. Aeschbacher, Stadt und Landvogtei Nidau von den Anfängen bis ins 16. Jahrhundert, 1929
– R. Hubler, 750 Jahre Orpund, 2005
– J. Mathez et al., Bauinventar der Gemeinde Orpund, 2005

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / UG