No 1

Carlin, Edouard

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

naissance 26.6.1817 à Moutier, décès 21.6.1870 à Rang-lès-L'Isle (Doubs), cath., de Rang, dès 1840 de Löwenbourg (auj. comm. Pleigne). Fils de Jacques-Pierre, Français, officier de police, plus tard agriculteur, et de Suzanne-Catherine Chevalier. ∞ Emilie Weissegger, fille de Friedrich, professeur de droit à l'université de Fribourg-en-Brisgau. Ecole secondaire à Delémont, gymnase à Soleure et Berne, études de droit (1837-1839) à Fribourg-en-Brisgau, Berne et Paris, examen d'Etat (1841). Avocat à Delémont (1842-1868), C. fut professeur de droit civil français à l'université de Berne (1868), dont il était docteur honoris causa depuis 1858. Député (1846-1850 et 1851-1868 et premier président jurassien) au Grand Conseil bernois, il refusa son élection au tribunal cantonal en 1854 et au Conseil d'Etat en 1858 et 1862. En 1851, il négocia au nom du gouvernement bernois dans l'affaire Basswitz (vallon de Saint-Imier). Il fut procureur de la Confédération en 1860 dans l'affaire Perrier. Conseiller national radical (1854-1870), membre du Tribunal fédéral (1866-1870, président en 1869), major dans la justice militaire. C. a beaucoup travaillé à la Constitution bernoise radicale de 1846 et à ses lois d'application. Considéré avec méfiance par ses concitoyens catholiques, fondateur du Patriote Jurassien (1846) et du Progrès (1865), auquel succédera Le Démocrate (1877), il incarne avec Xavier Stockmar l'opposition libérale, anticléricale et antiséparatiste dans le Jura. En 1867-1868, il soutint au Grand Conseil, outre la diminution des jours fériés catholiques dans le Jura, la proposition du chef radical de l'Instruction publique Jakob Kummer visant à interdire dans l'enseignement public les membres de congrégations religieuses. Aux côtés de Xavier Stockmar et de Niklaus Kaiser, il plaida pour la construction et le financement public des chemins de fer jurassiens. Dans les années 1860 déjà, il appuya la révision de la Constitution fédérale - à l'exception du référendum législatif obligatoire. Comme juriste, C. a joué un rôle important dans la rédaction du Code civil bernois et du Code fédéral des obligations.


Bibliographie
– Gruner, L'Assemblée, 1, 154

Auteur(e): Peter Stettler / PM