• <b>Clara Haskil</b><br>Récital au théâtre de Vevey, 21 octobre 1949. Photographie  d'E. Klein (Musée historique de Vevey). La pianiste donna ce concert dans le cadre du 7<SUP>e</SUP> Festival d'automne de Vevey pour remercier la ville de lui avoir octroyé le droit de cité.

No 1

Haskil, Clara

naissance 27.1.1895 à Bucarest, décès 7.12.1960 à Bruxelles, isr., Roumaine, de Vevey (1949). Fille d'Isaac, mathématicien, et de Berthe Moscuna, couturière. Célibataire. Enfant prodige au bénéfice d'une bourse, H. étudie le piano avec Richard Robert à Vienne dès 1902, puis avec Joseph Morpain, Alfred Cortot et Lazare Lévy au conservatoire de Paris dès 1905. Premier prix de violon et deuxième prix de piano en 1909; premier prix de piano en 1910. Immobilisée par une grave scoliose jusqu'en 1920, elle peine à se faire connaître, malgré les soutiens dont elle bénéficie, car son jeu sobre et épuré ne correspond pas au goût du jour. Installée à Paris (1927-1940), elle donne, dès les années 1930, des récitals en Suisse, en Belgique et aux Etats-Unis. Toujours méconnue, H. grave son premier disque qui passe inaperçu de la critique. En 1942, elle se réfugie en Suisse. Après la guerre, H. se produit en duo avec Arthur Grumiaux. Une tournée en Hollande en 1950 consacre définitivement sa réputation. H., l'une des plus grandes pianistes du XXe s., poursuit dès lors une carrière mondiale durant les dix dernières années de sa vie. Ses enregistrements ont été couronnés de grands prix du disque. Concours Clara Haskil pour jeunes pianistes fondé en 1963 à Vevey.

<b>Clara Haskil</b><br>Récital au théâtre de Vevey, 21 octobre 1949. Photographie  d'E. Klein (Musée historique de Vevey).<BR/>La pianiste donna ce concert dans le cadre du 7<SUP>e</SUP> Festival d'automne de Vevey pour remercier la ville de lui avoir octroyé le droit de cité.<BR/>
Récital au théâtre de Vevey, 21 octobre 1949. Photographie d'E. Klein (Musée historique de Vevey).
(...)


Bibliographie
– J. Spycket, Clara Haskil, 1975
– M. Steegmann et al., éd., Frauen mit Flügel, 1996, 245-292

Auteur(e): Irène Minder-Jeanneret