No 2

Herrenschwand, Jean

baptême 13.2.1728 à Morat,décès 10.5.1812 à Paris, prot., de Morat. Fils de Johann, marchand de fer, et d'Anna Krämer, de Montbéliard. Marié. Etudes à Göttingen. Grand-juge et trésorier des Gardes suisses à Paris dès 1761. Après la disgrâce du duc de Choiseul, H. le suivit en 1770 à Londres, où il se consacra à l'étude de l'économie et publia plusieurs essais, dont Discours sur le commerce extérieur des nations européennes (1787-1790), De l'économie politique et morale de l'espèce humaine (1796) et Du vrai gouvernement des peuples (1802). Il y contesta les théories de libre-échange d'Adam Smith et se fit le défenseur, avec James Stewart et Arthur Young, d'un état agricole et industriel indépendant et autonome. Chevalier de l'ordre du Mérite militaire.


Bibliographie
– A. Jöhr, Jean Herrenschwand, 1901
– J.-J. Gislain, «Jean Herrenschwand, un physiocrate suisse hétérodoxe?», in Hist. de la pensée économique, 1995, no 22/23, 195-208

Auteur(e): Hans Braun / EVU