No 2

Grégoire, Henri

naissance 4.12.1750 à Vého (Lorraine), décès 28.5.1831 à Paris, cath., Français. En 1789, député du clergé aux Etats généraux et à l'Assemblée nationale, G., dit l'abbé Grégoire, défendit les minorités et lutta contre l'esclavage. A la tête de l'Eglise constitutionnelle de France de 1791 à 1801. Membre de la Convention en 1792. Député au Conseil des Cinq-Cents en 1795. Sénateur et adversaire de Napoléon en 1801. Lors de son premier voyage en Suisse, en 1787, G. prit contact avec les "patriotes". Président du comité des rapports de l'Assemblée, il obtint la libération de deux galériens fribourgeois le 20 mai 1790. Membre du comité diplomatique, il fut à l'origine d'un décret de la Convention, daté du 31 octobre 1792, exigeant de Soleure la libération de trois officiers du régiment Vigier, arrêtés pour agitation révolutionnaire. Entre 1793 et 1794, G. s'engagea en faveur de Suisses incarcérés. Il développa un programme d'échanges culturels entre la France et la Suisse de 1795 à 1798 et fit un second voyage en Suisse en 1797. Il prit l'initiative d'envoyer un prêtre gallican à Genève en 1801.


Bibliographie
– J. Tulard, dir., Dict. Napoléon, 1989, 838-841
– H.W. Debrunner, Grégoire l'Européen: kontinentale Beziehungen eines französischen Patrioten, 1997

Auteur(e): Andreas Fankhauser / UG