No 4

Bouvier, Bernard

naissance 8.9.1861 à Genève, décès 18.7.1941 à Genève, prot., de Genève. Fils d'Auguste ( -> 2). ∞ Mathilde Ott. Elève à l'Ecole normale supérieure à Paris (1883-1886). Lecteur de français à l'université de Berlin (1887-1889). Agrégé de l'université de Paris (1889). Maître à l'école secondaire des jeunes filles de Genève (1889). Professeur suppléant de littérature allemande à l'université de Genève (1889), professeur ordinaire de langue et littérature allemandes (1890-1895), B. fonde le séminaire de français moderne (1891) et les cours de vacances (1892). Il succède en 1895 à Edouard Rod, occupant jusqu'en 1924 la chaire de littérature française, improvisation et diction. Vice-recteur (1904-1906) et recteur (1906-1908), il organise les fêtes du 350e anniversaire. B. fut le premier président de l'Association nationale des universitaires suisses. Cofondateur de la Société Jean-Jacques Rousseau, à qui il consacre d'importantes publications, B. édita aussi les Fragments d'un journal intime d'Amiel et une partie de sa correspondance. Ordre de la Couronne de Prusse (1908).


Fonds d'archives
– Fonds, Musée international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, Genève
Bibliographie
La Patrie suisse, no 386, 1908, 157-158
– M. Raymond, Hommage à Bernard Bouvier, 1942

Auteur(e): Martin Rizek