Basler Volksblatt

La fondation du Basler Volksblatt, publication hebdomadaire, eut lieu en 1873, en plein Kulturkampf. Son objectif était de renforcer l'unité et de développer la solidarité au sein de la population catholique de Bâle, ville où dominaient les protestants libéraux. Le Basler Volksblatt fut le premier journal de catholiques suisses installés en pays protestant. Il se développa en journal de combat et devint quotidien en 1890. Son tirage, de 1000 exemplaires à l'origine, passa à plus de 8000 au commencement du XXe s. La concurrence croissante (on compta jusqu'à cinq quotidiens à Bâle) et l'apaisement des oppositions confessionnelles finirent par menacer son existence, d'autant qu'il était devenu l'organe du parti démocrate-chrétien. Après quelques essais de collaboration avec d'autres titres catholiques, il fut absorbé en 1982 (dernier tirage: 9600 exemplaires) par le catholique Nordschweiz qui maintint en sous-titre le nom de Volksblatt. Le Nordschweiz cessa lui aussi de paraître en septembre 1992 (dernier tirage: 11 000 exemplaires) et fut repris par le quotidien bourgeois Basellandschaftliche Zeitung.


Bibliographie
– F.P. Schaller, Kirchen und Presse, 1974
– R. Blum, «Vorkämpfer und Opfer der Akzeptanz: Die Zeitungen der "Schwarzen" und der "Roten" in Basel», in Basler Stadtbuch, 113, 1992, 41-46

Auteur(e): Ernst Bollinger / PV