Pronunciamento

Nom d'origine espagnole (pronunciamiento), lié en particulier au soulèvement constitutionnel de 1820 en Espagne, donné par ses promoteurs au mouvement populaire tessinois qui, en février-mars 1855, prit les armes pour la défense du gouvernement radical. Les difficultés financières du canton et le blocus économique décrété par l'Autriche en 1853 avaient augmenté le mécontentement de la population et favorisé une alliance, dite mouvement "fusionniste", entre les conservateurs (opposés surtout à la politique laïcisante des radicaux) et une minorité radicale, qui dénonçait le caractère oligarchique du régime et le pouvoir personnel des conseillers d'Etat. La tension monta lorsque l'Assemblée fédérale annula en décembre 1854 les élections au Conseil national, remportées par l'opposition. La mort du radical Francesco De Giorgi, tué le 20 février 1855 à Locarno lors d'une rixe politique, servit de prétexte au Pronunciamento. Un Comité de sûreté publique fut immédiatement créé; il mobilisa des centaines de miliciens armés, avec à leur tête les carabiniers, pour défendre le Conseil d'Etat contre une prétendue conjuration ourdie avec le concours de l'Autriche. Les milices passèrent à l'action, occupant quelques districts, arrêtant les chefs de l'opposition et détruisant les imprimeries qui éditaient des journaux hostiles au gouvernement. Dans ces circonstances, le Grand Conseil promulgua une réforme constitutionnelle que le peuple accepta le 4 mars; elle tenait compte de certains postulats formulés par l'opposition (droit d'initiative législative du Grand Conseil, droit de vote à 20 ans, réduction du nombre des conseillers d'Etat), mais privait le clergé des droits civiques.

Le Pronunciamento fut une sorte de coup d'Etat, qui reçut l'aval des autorités fédérales. Il fut suivi d'un renouvellement du Grand Conseil (11 mars) qui réduisit fortement l'influence de l'opposition, ce qui accentua la tendance des radicaux (méfiants à l'égard de la démocratie directe et hostiles à l'Eglise catholique) à gouverner de façon intransigeante et autoritaire.


Bibliographie
– E. Pometta, Il Cantone Ticino e l'Austria negli anni 1854-55, 1927, 61-139
– C. Biasca, Gli anni del Pronunciamento, 1986

Auteur(e): Marco Marcacci / DW