Atelier fédéral de construction des télégraphes

Pour préparer l'ouverture du réseau télégraphique suisse le 5 décembre 1852 (Télégraphe), le Conseil fédéral décida de fonder l'Atelier fédéral de construction des télégraphes à Berne. Comme les mécaniciens suisses manquaient d'expérience et que les délais de livraison des appareils étrangers étaient très longs, la Suisse se résolut à monter ses propres appareils avec leurs accessoires à partir de pièces détachées préfabriquées. L'ingénieur électricien wurtembergeois Matthias Hipp et l'horloger Jakob Karl Kaiser furent engagés comme responsables, à titre provisoire. Le 8 juillet 1852, Hipp prit la direction de l'atelier, qui relevait du Département des postes et des travaux publics; il fut toutefois autorisé à poursuivre ses travaux personnels et à les monnayer. Jusqu'à la fin de 1852, spécialistes allemands et mécaniciens suisses montèrent cent quinze appareils destinés aux trente-quatre bureaux télégraphiques suisses. L'atelier, qui allait bientôt équiper les chemins de fer suisses et exporter en Sardaigne, en France et en Allemagne, s'organisa définitivement en 1855 et Gustav Adolf Hasler fut nommé assistant de Hipp. La restructuration de l'entreprise et sa subordination au Département des finances se soldèrent par la démission de Hipp en 1860, à qui succéda Hasler. En 1865, Hasler et Albert Escher acquirent l'atelier, et c'est ainsi que furent posés les fondements de la firme Hasler AG (Ascom dès 1987).


Bibliographie
– W. Schenker «Aus den Anfängen der Telegraphie in der Schweiz», in Technische Mitteilungen, 22, 1944, no 2, 76-81
Un siècle de télécommunications en Suisse, 1852-1952, 1, 1952, 152-179 (all. 1952)

Auteur(e): Kurt Stadelmann / FS