No 1

Deyverdun, Jacques Georges

naissance 8.5.1734 (et non octobre) à Lausanne, décès 4.7.1789 à Aix-les-Bains (Savoie), prot., d'Yverdon. Fils de Samuel, assesseur à la chambre des Soixante, et de Madeleine Teissonnière. Célibataire. En 1753, étudiant à l'académie, D. se lie d'amitié avec Edward Gibbon qu'il accueillera en 1783 dans sa propriété de la Grotte. Il devient gouverneur d'un jeune noble allemand. Il se rend en 1765 auprès de Gibbon en Angleterre et collabore à la rédaction des Mémoires littéraires de la Grande-Bretagne (années 1767 et 1768). Commis de bureau du secrétaire d'Etat du département du Nord, puis gouverneur d'un jeune Anglais en 1767, D. revient à Lausanne où il fonde la Société littéraire (1772). En 1776, il traduit Werther, vraisemblablement la première traduction française de l'œuvre.


Bibliographie
– G. Bonnard, Le journal de Gibbon à Lausanne, 1945
– S. Sgard, dir., Dict. des journaux, 1600-1789, 1991, 824-825
– M. Gsteiger, «Jacques Georges Deyverdun traducteur de "Werther"», in Ann. Benjamin Constant, 18/19, 1996, 91-95

Auteur(e): Anne Hofmann