12/04/2012 | communication | PDF | imprimer

Producteurs suisses de lait (PSL)

L'Union centrale des producteurs suisses de lait (UCPL), rebaptisée en 1999 Fédération des producteurs suisses de lait (PSL), est née en 1907 comme organisation faîtière nationale coiffant neuf organisations régionales (Industrie laitière). Ces institutions d'entraide paysanne avaient été créées à la fin du XIXe s. pour lutter contre la tendance baissière des prix et pour renforcer la position des producteurs face aux professionnels du commerce et de la transformation. L'UCPL s'employa à fixer un prix qui couvre les coûts de production et corresponde à la valeur nutritive du lait. Durant la Première Guerre mondiale, les autorités fédérales la chargèrent d'assurer l'approvisionnement de tout le pays en lait frais, tout en maintenant la stabilité des prix. Devenue ainsi une organisation privée chargée de tâches publiques, elle put forcer les producteurs à livrer la marchandise à un prix uniforme à ses propres laiteries et fromageries, responsables de la distribution. Comme elle contrôlait de surcroît avec les fromagers et les exportateurs la vente et l'exportation du fromage (Union suisse du commerce de fromage), elle parvint à protéger les consommateurs de la spéculation sur les prix et à garantir l'existence des producteurs.

Après la guerre, la régulation du marché du lait imposée par l'Etat fut remplacée par des accords de droit privé entre les producteurs, les fromagers et les exportateurs de fromage. Les conventions devaient avant tout protéger les producteurs contre la chute des prix, conséquence de l'effondrement des exportations de lait condensé et de fromage dans les années 1920 et pendant la crise économique mondiale des années 1930 .

Durant la Deuxième Guerre mondiale, l'UCPL dut une nouvelle fois, à l'appel des pouvoirs publics, garantir l'approvisionnement du pays en lait et en fromage. Dans l'après-guerre, ses fonctions paraétatiques furent inscrites dans la loi. L'arrêté de 1953 sur le statut du lait la chargeait d'organiser l'approvisionnement et la transformation, tout en maintenant les coûts au plus bas, au moyen d'un programme de mise en valeur à établir tous les six mois. Le mandat principal consistait à transformer le lait en fromage d'exportation, surtout en emmental, parce que ce fromage à pâte dure générait la plus haute valeur ajoutée et se conservait facilement. Pour compenser le fléchissement de la consommation de lait à partir des années 1950 et la stagnation des exportations fromagères, l'Union lança sur le marché dans les années 1970, d'entente avec les fédérations régionales, des produits nouveaux comme les boissons au yogourt, les desserts lactés et les yogourts de marque (Toni, Säntis, Cristallina, Emmi).

Cependant, les ventes ne s'accrurent pas au même rythme que la production, ce qui poussa le Conseil fédéral à introduire en 1977 un contingentement individuel. L'UCPL fut chargée d'appliquer et de contrôler, avec les fédérations régionales et les coopératives locales, cette mesure extrême et coûteuse; elle devint ainsi une institution puissante et efficace, qui joua un rôle important dans la mise en œuvre de la politique agricole.

L'ordonnance sur l'organisation du marché du lait, révisée en 1999, déchargea peu à peu l'Union de ses tâches. La suppression en 2009 du contingentement laitier imposé par l'Etat, ainsi que la réduction des taxes douanières et des restrictions commerciales dans le contexte de l'intégration de la Suisse au marché intérieur européen, incitèrent au début du XXIe s. les PSL à renforcer la position de leurs membres sur le marché par un regroupement de l'offre et à réguler la production en fonction des besoins des grandes entreprises de transformation, en collaboration avec les fédérations régionales et par le biais de mesures financières incitatives.


Bibliographie
– T. Stocker, 75 ans UCPL, 1982
– W. Baumann, P. Moser, Bauern im Industriestaat, 1999
– B. Brodbeck, Ein agrarpolitisches Experiment, mém. lic. Berne, 2003
– P. Moser, B. Brodbeck, Du lait pour tous, 2007 (all. 2007)

Auteur(e): Beat Brodbeck / FP