• <b>Swatch Group</b><br>Affiche publicitaire pour la marque suisse, 1991 (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste). "Swatch: la cinquième langue nationale". Réalisée l'année des fêtes du 700<SUP>e</SUP> de la Confédération, l'affiche joue sur l'une des particularités culturelles de la Suisse, le plurilinguisme, pour faire passer son message publicitaire.

Swatch Group

Groupe horloger né en 1983 de la fusion des deux plus grands groupes horlogers suisse, l'Asuag (Société générale de l'industrie horlogère suisse) et la SSIH (Société suisse pour l'industrie horlogère). Son siège social se trouve à Neuchâtel, son siège administratif à Bienne. Fondée en 1930 par Omega et Tissot, la SSIH regroupe des sociétés actives dans la montre terminée (Blancpain, Lemania, etc.). L'Asuag est créée en 1931 par le cartel horloger (Horlogerie). Cette holding rassemble les quatre trusts actifs dans les ébauches (Ebauches SA), balanciers, spiraux et assortiments. Avec la libéralisation du cartel qui débute dès 1962, l'Asuag se diversifie dans la montre terminée par le rachat d'entreprises, comme Rado (1968), Mido (1971), Certina (1972), Longines (1972), etc. Entre 1981 et 1983, les banques suisses injectent plus de 900 millions dans la SSIH et l'Asuag tout en espérant se désengager rapidement de ces sociétés. En 1983, à la suite du rapport d'audit (demandé par les banques) de la firme zurichoise Hayek Engineering appartenant à Nicolas Hayek, les deux groupes fusionnent afin de faire face à leurs difficultés économiques. En 1985, Hayek et un groupe d'investisseurs rachètent 51% du capital SSIH-Asuag pour 153 millions de francs. Le groupe prend alors le nom de Société suisse de microélectronique et d'horlogerie SA (SMH), devenant en 1998 Swatch Group SA. Il se développe grâce à la commercialisation de la Swatch (contraction de Swiss Watch). Lancée en 1982 (Eta), cette montre à quartz bon marché, en plastique, déclinée selon les modes et les événements, connaît un succès rapide et considérable (10 millions d'exemplaires vendus en 1985 déjà). Au début du XXIe s., Swatch Group est le plus grand groupe horloger mondial. En 2003, Hayek se retire de la direction générale au profit de son fils Nick (naissance1954). A sa mort en 2010, sa fille Nayla (naissance1951) le remplace à la présidence du conseil d'administration. En 2010, le groupe employait plus de 25 000 personnes dans plus de cinquante pays pour un chiffre d'affaires de 6,44 milliards de francs suisses (plus d'un milliard de bénéfice net). Il détient dix-neuf marques horlogères dont, outre celles déjà citées, Blancpain, Breguet, Glashütte Original et Jaquet Droz.

<b>Swatch Group</b><br>Affiche publicitaire pour la marque suisse, 1991 (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).<BR/>"Swatch: la cinquième langue nationale". Réalisée l'année des fêtes du 700<SUP>e</SUP> de la Confédération, l'affiche joue sur l'une des particularités culturelles de la Suisse, le plurilinguisme, pour faire passer son message publicitaire.<BR/>
Affiche publicitaire pour la marque suisse, 1991 (Museum für Gestaltung Zürich, Plakatsammlung, Zürcher Hochschule der Künste).
(...)


Bibliographie
– H. Pasquier, «Une industrie remodelée», in Le pays de Neuchâtel et son patrimoine horloger, dir. J. Bujard, L. Tissot, 2008, 307-315
– P.-Y. Donzé, Hist. de l'industrie horlogère suisse, 2009
– P.-Y. Donzé, Hist. du Swatch Group, 2012

Auteur(e): Hélène Pasquier