Tornos-Bechler

Fabrique de tours automatiques de décolletage à Moutier, issue du rachat de Pétermann SA par Tornos en 1968 (Tornos-Pétermann) et de la fusion de cette dernière avec Bechler SA en 1974 (Moutier Machines Holding), devenue Tornos-Bechler SA, Fabrique de machines Moutier en 1981 puis Tornos SA en 2001. L'origine de ces entreprises remonte à la fondation de la société Junker et Cie en 1883 par Nicolas Junker. C'est sur les cendres de cette entreprise tombée en faillite en 1905, puis administrée par la BPS, qu'une nouvelle société est créée en 1911 (Usines Tornos, Fabrique de machines Moutier SA en 1918). Tornos, Bechler et Pétermann, contribuent au développement de Moutier (emploi, construction de maisons ouvrières, centre de formation professionnelle), elles ont occupé jusqu'à 3000 personnes (1974). La période 1980-2000 est marquée par la baisse des effectifs (1300 personnes employées en 2001) et le renouvellement complet des technologies et de l'actionnariat. Des succursales furent implantées ou achetées, puis revendues, dans l'arc jurassien. En 2010, la firme employait 855 personnes (655 à Moutier). Les tours fabriqués à Moutier, tours "suisses" ou tours "à poupée mobile", se distinguent de celui des pays anglo-saxons, par le fait qu'ils amènent la pièce à usiner vers un outil fixe et non l'inverse.


Fonds d'archives
– Musée du tour automatique et d'hist., Moutier
Bibliographie
– S. Zahno, Le développement industriel du tour automatique à Moutier, 1880-1939, mém. lic. Fribourg, 1988
– L. Marti, «Nicolas Junker, Fabrique de machines, Moutier (1883-1905) ou les difficultés d'une entreprise innovante à la fin du 19e s.», in Actes SJE, 1999, 298-306

Auteur(e): Alain Cortat