31/03/2009 | communication | PDF | imprimer | 

Lonza

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Entreprise suisse alémanique fondée en 1897, avec siège à Bâle, active dans les domaines de la construction, de l'électrochimie et de l'électrométallurgie, Lonza exploite des centrales hydroélectriques. Première grande industrie à s'installer en Valais, Lonza construisit, la même année, une fabrique de carbure (pour lampes à acétylène) et une usine électrique à Gampel, où elle obtint le droit d'exploiter la Lonza, rivière provenant du Lötschental, afin de disposer de l'énergie nécessaire. Une partie de la production fut transférée à l'usine de Viège (1928-1929), qui avait reçu une concession d'eau en 1905 et dont la construction (avec une usine électrique) avait été achevée en 1909. La collaboration avec des partenaires étrangers et la diversification de la gamme de produits (engrais, etc.) débuta dans les années 1910. Par la suite, Lonza acquit des participations dans des dizaines de fabriques et d'usines électriques en Suisse et à l'étranger. Dans les années 1960, l'usine de Viège détenait une forte position dans la production de PVC. La fabrique de Gampel fut fermée en 1964, puis démolie en 1999-2000. L'usine de Viège devint le plus gros employeur du Haut-Valais et occupait toujours entre 2500 et 2800 personnes dans les années 1970. Lonza ouvrit une usine pétrochimique à Lalden en 1966 et abandonna la production de carbure en 1972. Alusuisse reprit l'entreprise en 1974 et fonda en 1999 le groupe chimique Lonza Group SA, qui se spécialisa dans le domaine de la chimie fine et progressivement dans celui de la biotechnologie. En 2005, le groupe comptait vingt-deux établissements de recherche, de développement, de production et occupait 6300 personnes dans le monde, dont 2600 à Viège.


Bibliographie
– Ch. Fux, Lonza, 1997
– Ch. Fux, Visp, 2005, 165-186
– W. Bellwald, «Die Lonza», in Un peuple réfractaire à l'industrie?, éd. W. Bellwald, S. Guzzi-Heeb, 2006, 229-274

Auteur(e): Werner Bellwald / AN