Fabrique suisse de locomotives et de machines

Charles Brown fit construire à Winterthour, en 1871, la première Fabrique suisse de locomotives et de machines SLM (Schweizerische Lokomotiv- und Maschinenfabrik) selon les plans d'Ernst Jung. Après la construction des premières locomotives à vapeur pour chemin de fer à crémaillère, SLM fonctionne comme entreprise générale pour des systèmes de tramway. Une deuxième usine, dotée de logements ouvriers, fut achevée en 1882, une troisième en 1928. Les effectifs culminèrent alors à 3000 personnes. Vers 1890, SLM était en Suisse le leader du marché de la construction de locomotives à vapeur, mais céda la construction de locomotives électriques - avant leur percée - à Rieter et aux Ateliers de construction Oerlikon (MFO). Outre les locomotives à vapeur (2730 unités livrées jusqu'en 1952, reprise de la production en 1992), SLM fabriquait les éléments mécaniques de la quasi-totalité des locomotives électriques suisses, BBC, MFO et Sécheron fournissant l'équipement électrique. Elle construisait également des chaudières et une large gamme de machines (moteurs Diesel, pompes, tracteurs). SLM fusionna en 1961 avec Sulzer, abandonnant la forge, la production de fonte grise ainsi que la fabrication de moteurs, compresseurs et appareils. Ses produit-vedettes furent la locomotive à vapeur pour train rapide A 3/5 pour la ligne du Gothard en 1893, la Flèche rouge pour les CFF en 1935, la "Landilok" pour l'Exposition nationale en 1939 et la plus puissante locomotive à quatre essieux du monde, la Re 465, en 1995. La nouvelle raison sociale de Sulzer-Winpro fut adoptée en 1998, année où la construction de boggies fut vendue à Stadler et l'ingénierie à ABB. Les effectifs furent ramenés à 350 personnes. Trois managers de Sulzer reprirent la production de l'ancienne SLM en 2001 et fondèrent Winpro AG, fabrique de pièces mécaniques, de systèmes et d'installations présentes dans la construction de véhicules (170 collaborateurs en 2002).


Bibliographie
– H.-P Bärtschi et al., Basis: Produktion, 2002, 119-150, 172-185

Auteur(e): Hans-Peter Bärtschi / AN