Contraves

Grande entreprise de l'industrie suisse d'armement, à Oerlikon. Fondée en 1936 à Erlenbach (ZH) comme société d'étude pour la défense contre avions (contra aves), la firme fut reprise dès les années 1940 par Emil Georg Bührle, qui la réunit à la fabrique de machines-outils d'Oerlikon (Werkzeugmaschinenfabrik Oerlikon, WO) lorsque les deux autres propriétaires, l'Albiswerk Zürich et la Société genevoise d'instruments de physique (SIP), ne voulurent plus assumer le risque apparu pendant la Deuxième Guerre mondiale. L'entreprise fut déplacée à Zurich-Seebach et se spécialisa bientôt dans les systèmes électroniques de défense et les missiles; son principal client suisse était la défense contre avions (DCA). Les restrictions à l'exportation décrétées par la Suisse en 1944 sous la pression des Alliés interdirent à C. d'exporter dans des pays belligérants. A la fin des années 1960, C. se vit reprocher des exportations illégales d'armes en Afrique du Sud et au Nigeria. Dieter Bührle, patron du groupe, fut condamné et exclu de l'armée. En 1989, C. fusionna avec WO pour former le groupe Oerlikon-C., aux activités réparties entre l'astronautique (Oerlikon Contraves Space) et la technique militaire (Oerlikon Contraves Defence). D'autres domaines non militaires (génie médical, techniques d'entraînement) ont été abandonnés ces dernières décennies. En 1999, Oerlikon-Bührle vendit le secteur militaire de C. au groupe allemand Rheinmetall. C. employait plus de 2445 personnes en 1998 (chiffre d'affaires de 601 millions de francs) et plus de 1700 en 2002 (chiffre d'affaires de 331,7 millions d'euros).


Bibliographie
50 Jahre Werkzeugmaschinenfabrik Oerlikon, 1957
NZZ, 15 et 27.9.1999

Auteur(e): Thomas Gmür / ME