Maag (roues dentées)

Dès 1908, l'ingénieur Max Maag travailla sur les roues dentées. Il fonda un bureau à Horgen (1910), une société à Zurich (Maag-Zahnräder, 1913) et une autre à Winterthour (Maag-Maschinen, 1916), après avoir pris part à la création d'une fabrique de roues dentées à Friedrichshafen (1915). En 1920, ses entreprises déclinantes furent regroupées dans la société faîtière Maag Zahnräder und Maschinen AG, sous la responsabilité des frères Sulzer et de l'UBS, et restructurées à l'occasion de la crise économique de 1921-1922. Entre 1920 et 1927, le nombre d'employés chuta de 712 à 200. En 1927, Georg A. Fischer et Albert E. Bruppacher acquirent la majorité des actions. Maag abandonna l'affaire, mais Fischer, directeur des opérations, en fit une maison mondialement connue pour ses roues dentées, trains d'engrenage, pompes à engrenage, machines d'usinage et de mesure de roues dentées. En 1980, l'entreprise employait 2500 personnes, dont 1350 en Suisse, et réalisait un chiffre d'affaires de plus de 200 millions de francs. Dans la même décennie, une réduction massive du personnel alla de pair avec une diversification par le rachat des sociétés Krebsöge (métallurgie des poudres, 1986) et Schmid (poinçonnage de précision, 1987). Les sociétés de production furent vendues l'une après l'autre jusqu'à fin 1997 et l'entreprise fut transformée en une société immobilière, reprise en 2004 par le groupe Swiss Prime Site. Sur le site des usines M., comme ailleurs dans l'ancien quartier industriel de Zurich-Ouest, se développèrent dès la fin des années 1990 des espaces de vie, de travail et de loisir urbains.


Fonds d'archives
– SWA
Bibliographie
– R. Jaun, Management und Arbeiterschaft, 1986
75 Jahre Maag Holding, [1995]

Auteur(e): Adrian Knoepfli / FP