22/04/2015 | communication | PDF | imprimer | 

Journées révolutionnaires

L'expression "journées révolutionnaires" s'applique en particulier aux "trois glorieuses" de la révolution de Juillet 1830 en France. En Suisse, elle peut traduire Volkstage, littéralement "journées du peuple", soit les assemblées populaires qui se tinrent dans plusieurs cantons alémaniques après cette date et qui marquèrent le début de la Régénération. Les responsables de ces rassemblements non violents (appelés aussi, à l'époque, Landsgemeinde) voulaient obtenir une révision des constitutions en vigueur depuis la Restauration et assurer une composition plus équitable des parlements en abolissant le cens électoral et la cooptation. Dans les cantons-villes, ils s'en prenaient en particulier à la surreprésentation du chef-lieu dans le corps législatif. Les réformateurs, qui s'appuyaient sur le principe de la souveraineté du peuple, voyaient bien cependant que celui-ci n'avait nulle part le droit d'initiative et que seule une minorité de constitutions cantonales autorisaient leur propre révision et fixaient la procédure à suivre. C'est pourquoi, après avoir tenu des réunions restreintes et défendu leurs arguments dans des brochures et journaux, ils convoquèrent dans les campagnes des assemblées qui se déroulèrent "dans un calme inattendu, dans la dignité et dans un ordre parfait" (rapport de Wohlenschwil). Les participants adoptèrent des propositions, présentées sous forme de pétitions aux gouvernements, qui les acceptèrent plus ou moins rapidement. Dans certains cantons, ces événements furent suivis de marches sur le chef-lieu (Argovie et Saint-Gall). Dans d'autres, il n'y eut pas d'assemblées de ce genre, mais des manifestations (salle du Grand Conseil envahie à Lausanne, journée des bâtons à Fribourg). Nulle part on n'eut à déplorer d'actes violents. Le pays échappa à la crise nationale qu'aurait entraînée une paralysie du canton directeur, puisque ce rôle fut tenu par Berne en 1830 et par Lucerne en 1831 et que les journées révolutionnaires eurent lieu dans le premier en 1831, dans le second en 1830.

Journées révolutionnaires dans les cantons
CantonLocalitéDatePoliticiens dirigeants
ThurgovieWeinfelden22.10.1830Thomas Bornhauser
 Weinfelden18.11.1830 
ArgovieWohlenschwil7.11.1830Karl Rudolf Tanner, Johann Martin Geissmann
LucerneSursee21.11.1830Josef Leu von Ebersol, Jakob Robert Steiger
ZurichUster22.11.1830Heinrich Gujer, Johannes Hegetschweiler, Johann Jakob Steffan
Saint- GallWattwil4.12.1830Ignaz Bernet
 Altstätten5.12.1830Joseph Eichmüller, Gallus Jakob Baumgartner
 St. Gallenkappel10.12. 1830Lorenz A. Raymann, Johann Josef Kägi, Franz Josef Ricklin
SoleureBalsthal22.12.1830Josef Munzinger
BerneMünsingen10.1.1831Karl Schnell, Johann Schnell

Sources:Auteur


Bibliographie
– K. Müller von Friedberg, Schweizerische Annalen oder die Geschichte unserer Tage seit dem Julius 1830, 1832-1842
– A. Kölz Neuere schweizerische Verfassungsgeschichte, 1992
– M. Schaffner, «Direkte Demokratie», in Eine kleine Geschichte der Schweiz, éd. M. Hettling et al., 1998, 189-226

Auteur(e): Bruno Schmid / PM