Banque Leu

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

Créée en 1755 à Zurich comme banque publique, Leu et Cie avait pour but le placement à l'étranger de capitaux pour le compte de grosses fortunes privées et de l'Etat. Hans Conrad Heidegger et le trésorier zurichois Johann Jacob Leu, qui donna son nom à la banque, en furent les principaux fondateurs. La banque dut être assainie après la Révolution française et la dévaluation des avoirs étrangers et fut, conséquence de 1798, transformée en société privée. Elle poursuivit la réduction de ses avoirs étrangers au cours de la première moitié du XIXe s. et devint le principal institut hypothécaire du canton de Zurich. Elle fut transformée en 1854 en société anonyme. Des pertes dans le domaine des comptes courants l'obligèrent à une réorganisation en 1871. Leu se tourna de plus en plus vers la gestion de fortunes et développa son activité de banque commerciale. L'adhésion au cartel des banques suisses (1908) la propulsa dans le groupe des six plus grandes banques suisses. La Première Guerre mondiale et la crise des années 1930 entraînèrent un assainissement en 1937. La Deuxième Guerre mondiale amena de nouvelles difficultés, surtout dans les opérations avec l'étranger. Le bilan augmenta nettement dans l'après-guerre, renforcé par le développement d'un réseau de filiales dans les années 1960 et 1970. Le nombre de collaborateurs passa de 263 (1950) à 1341 (1995), le bilan de 243,1 millions à près de 13 milliards de francs et le bénéfice brut de 2 millions à peine à 163 millions. Après quelques revers et une phase d'offres de reprise à la fin des années 1980, la plus ancienne des grandes banques suisses fut acquise par la holding Crédit suisse (CS) en 1990. Elle s'occupa dès lors surtout de gestion de fortune, tout en étant banque universelle pour la région zurichoise. Depuis 1998, juridiquement indépendante au sein du Credit Suisse Group (réorganisation et changement de nom au 1er janvier 1997), elle se concentre sur la clientèle privée. En 2000, elle comptait 628 collaborateurs et réalisait un bénéfice brut de 240,9 millions pour un bilan de 9,6 milliards.


Bibliographie
– T. Keller, Denkschreiben zum 200jährigen Bestehen von Leu & Co., Zürich 1755-1955, 1955
Handbook on the History of European Banks, 1994

Auteur(e): Jan-Henning Baumann / AB