Grande Boutique

Dans la Genève des XVIe et XVIIe s., la Grande Boutique, liée au premier Refuge, fut de 1556 à 1628 à la fois un comptoir des marchands italiens et un consortium auquel se rattachèrent la plupart des familles lucquoises, tantôt par leurs activités manufacturières et commerciales, tantôt par les fonds qu'elles y plaçaient. Le simple comptoir fondé par Francesco Micheli en 1556 prit une nouvelle envergure lorsque s'y conclurent les affaires de compagnies comprenant les Arnolfini, Micheli, puis les Diodati, Balbani (1582), Burlamacchi et François Turrettini (1593). Les neuf compagnies que ce dernier dirigea de 1593 à sa mort en 1628, représentèrent le pôle le plus puissant de la soierie genevoise. Elles regroupaient les compétences et les capitaux de la colonie lucquoise et ceux des Zurichois Felix Orelli et Georg Gessner, intermédiaires dans les affaires avec le nord de la Suisse, l'Allemagne et les Pays-Bas. Leur capital passa de 18 000 écus d'or en 1594 à 150 000 en 1619, et les profits annuels fluctuèrent dans les meilleures années entre 15 et 30% du capital. Le comptoir était "grand" non seulement par le nombre de personnes qui y traitaient leurs affaires ou qui en dépendaient pour leur travail dans la soierie, mais également par l'importance des transactions opérées avec l'étranger. Son succès tint aux vastes réseaux qu'il créa pour se procurer des matières premières à des conditions avantageuses (soies importées de Chine par Amsterdam ou d'Espagne) et pour réduire les coûts de production, comme l'utilisation de la main-d'œuvre de la campagne zurichoise pour la préparation des fils. Grâce à leur expérience de la finance, les Lucquois de la Grande Boutique jouèrent aussi un rôle décisif en tant que banquiers de Genève.


Bibliographie
– W. Bodmer, Der Einfluss der Refugianteneinwanderung von 1550-1700 auf die schweizerische Wirtschaft, 1946
– L. Mottu-Weber, Economie et Refuge à Genève au siècle de la Réforme, 1987, 330-336, 378-385
– L. Mottu-Weber, «Les activités des marchands-banquiers et des "entrepreneurs" lucquois à Genève aux XVIe et XVIIe s.», in Lucca e l'Europa degli affari, éd. R. Mazzei, T. Fanfani, 1990, 133-148

Auteur(e): Liliane Mottu-Weber