No 61

Huber, Ludwig Ferdinand

naissance 14.9.1764 à Paris, décès 24.12.1804 à Ulm, cath., Allemand. Fils de Michael, professeur de français et traducteur, et d'Anne-Louise L'Epine. ∞ 1794 Therese Heyne, écrivaine, fille de Christian Gottlob, philologue, veuve de Georg Forster, naturaliste. Etudes à Paris et Leipzig. Dès 1782, H. se lia d'amitié avec Christian Gottfried Körner et Friedrich Schiller. Secrétaire de légation puis chargé d'affaires de Saxe à Mayence (1788-1792), où il fit la connaissance de sa future femme. Il la rejoignit à Neuchâtel en 1793 et l'épousa peu après le décès de son mari. Suspecté de jacobinisme, le couple s'établit en juillet 1794 à Bôle. Isabelle de Charrière les prit sous sa protection et H. traduisit plusieurs de ses ouvrages. Chez elle, les deux époux rencontrèrent Benjamin Constant, avec qui ils se lièrent d'une amitié durable. En 1798, ils retournèrent en Allemagne. Critique littéraire, H. rédigea également des œuvres politiques et dramatiques.


Bibliographie
– S.D. Jordan, Ludwig Ferdinand Huber (1764-1804), 1978
– Th. Huber; M. Heuser, éd., Briefe, 1999-

Auteur(e): Anne Hofmann