No 1

Walras, Léon

naissance 16.12.1834 à Evreux (Normandie), décès 5.1.1910 à Clarens (auj. comm. Montreux), cath., Français. Fils d'Auguste, économiste, enseignant et inspecteur d'académie, et de Louise-Aline Sainte-Beuve. ∞ 1) Célestine-Aline Ferbach, 2) Léonide-Désirée Mailly. Etudes secondaires à Caen et Douai. Pas admis à l'Ecole polytechnique, W. fut reçu à l'Ecole des mines de Paris qu'il abandonna ensuite. Après avoir tenté une carrière littéraire, il collabora notamment au Journal des économistes (jusqu'en 1862). Employé de la Compagnie des chemins de fer du Nord, W. s'intéressa très tôt au mouvement coopératif. En 1860, il participa au congrès international de l'impôt organisé à Lausanne par le Conseil d'Etat vaudois. Il fut cofondateur et administrateur délégué de la Caisse d'escompte des associations populaires de crédit, de production et de consommation (1865); après la faillite de cette entreprise, il devint un simple employé de banque (1868). Recommandé par Jules Ferry à Louis Ruchonnet, alors conseiller d'Etat vaudois, et bien que dépourvu des papiers nécessaires, W. fut nommé professeur ordinaire d'économie politique à l'académie de Lausanne (1870-1892, recteur de 1875 à 1877). Fondateur de l'école de Lausanne et père de la théorie de l'équilibre général, il chercha notamment à apporter une solution mathématique à la question sociale, quitte à remettre en cause la propriété privée. Docteur honoris causa de l'université de Genève (sociologie, 1909).


Oeuvres
– «Eléments d'économie politique pure ou théorie de la richesse sociale», in Œuvres économiques complètes, A. et L. Walras, 8, 1988
Fonds d'archives
– Fonds, BCUL
Bibliographie
– A. Jäger, «Léon Walras», in Was ist Ökonomie?, 1999, 69-97
Professeurs Lausanne, 1314
– P. Dockès, J.-P. Potier, La vie et l'œuvre économique de Léon Walras, 2001
– R. Baranzini, Léon Walras e la moneta senza velo (1860-1886), 2005

Auteur(e): Olivier Meuwly