• <b>Charles Secretan</b><br>Portrait vers 1880, lorsqu'il était professeur à l'académie de Lausanne. Huile sur toile de  Julien Renevier (Collection de l'université de Lausanne; photographie Claude Bornand).

No 2

Secretan [Secrétan], Charles

naissance 19.1.1815 à Lausanne, décès 21.1.1895 à Lausanne, prot. (Eglise libre apr. 1845), de Lausanne. Fils de Samuel, avocat et député, et de Sophie Dufour. Frère d'Edouard ( -> 5), neveu de Charles ( -> 1). ∞ Marie Müller, fille de Franz Joseph, conseiller général des écoles du cercle de Souabe et Neubourg (Bavière). Licencié en droit de l'académie de Lausanne, S. suivit à Munich (1835) des cours de Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling. Revenu en Suisse, il devint avocat en 1838, fonda La Revue suisse, une feuille intellectuelle, et enseigna la philosophie et l'histoire de la philosophie à l'académie de Lausanne. Professeur ordinaire en 1841, il fut destitué par le régime radical en 1846. Il s'exila à Paris, accepta un poste au gymnase de Neuchâtel (1851-1866), retrouva une chaire à Lausanne (professeur ordinaire de philosophie de 1866 à 1895 et de droit naturel de 1874 à 1895). Son premier grand ouvrage fut sa Philosophie de la liberté (1849), dans la lignée de son ami Alexandre Vinet. Mais ce fut en 1877, après un cycle de conférences à Montauban, que s'établit sa renommée internationale. Sa pensée sociale et politique proche du mouvement coopératiste et du christianisme social s'affirma entre autres dans Mon utopie (1892). Défenseur de l'émancipation féminine (Droit de la femme, 1885), il soutint aussi les minorités religieuses comme l'Armée du Salut et le monde ouvrier. Adepte d'une législation sociale étoffée, il s'opposa toutefois au collectivisme et considérait que confier à l'Etat la distribution du travail débouchait sur la tyrannie. Collaborateur régulier du Courrier suisse, de la Gazette de Lausanne, de plusieurs revues de philosophie et de théologie en Suisse et en France, membre correspondant de l'Académie des sciences morales et politiques de l'Institut de France (1883). Bellettrien (1830) et Zofingien (1832). Chevalier de la Légion d'honneur et docteur honoris causa de l'université de Zurich (1888).

<b>Charles Secretan</b><br>Portrait vers 1880, lorsqu'il était professeur à l'académie de Lausanne. Huile sur toile de  Julien Renevier (Collection de l'université de Lausanne; photographie Claude Bornand).<BR/>
Portrait vers 1880, lorsqu'il était professeur à l'académie de Lausanne. Huile sur toile de Julien Renevier (Collection de l'université de Lausanne; photographie Claude Bornand).
(...)


Fonds d'archives
– Fonds, ACV
Bibliographie
Professeurs Lausanne, 1171-1172
– B. Secrétan, Secretan: 159 biogr., 2011, 29-35

Auteur(e): Olivier Meuwly