• <b>Jacques-Louis de Pourtalès</b><br>Portrait du négociant vers 1770, huile sur toile attribuée à  Jean Preudhomme (Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel).

No 3

Pourtalès, Jacques-Louis de

naissance 9.8.1722 Genève, décès 20.3.1814 Neuchâtel, prot., de Lasalle (Cévennes) et de Neuchâtel (1729), communier d'honneur des Ponts-de-Martel (1811), Fleurier, Valangin et du Locle. Fils de Jérémie, négociant et banquier, et d'Esther-Marguerite Deluze. ∞ 1769 Rose-Augustine Deluze, fille de Jean-Jacques, fabricant d'indiennes. Elevé chez son grand-père Deluze, P. rejoignit en 1736 son père à Londres, puis fut placé à Bâle chez Faesch. En 1738, il entra en apprentissage comme commis à Neuchâtel dans la maison familiale De Luze, Chaillet et Pourtalès, puis devint l'associé en 1744 de la maison De Luze, Meuron et Cie. Il fonda en 1753 avec Claude-Abram DuPasquier la société Pourtalès et Cie. Elle s'occupait du commerce des indiennes et ouvrit comptoirs et entrepôts dans toute l'Europe, en Inde et aux Antilles (plantations de café et de sucre à la Grenade). Doté d'un sens des affaires hors normes, travailleur infatigable, grand voyageur, P. traversa les différents régimes politiques sans encombre, passant du négoce à la banque d'affaires. Le "roi des négociants" amassa une fortune colossale dont il consacra une partie à la création d'un hôpital pour les pauvres à Neuchâtel, qui porte toujours son patronyme. P. acheta la seigneurie de Tloskau (Bohême) en 1811, devenant ainsi chevalier de l'empire d'Autriche.

<b>Jacques-Louis de Pourtalès</b><br>Portrait du négociant vers 1770, huile sur toile attribuée à  Jean Preudhomme (Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel).<BR/>
Portrait du négociant vers 1770, huile sur toile attribuée à Jean Preudhomme (Bibliothèque publique et universitaire de Neuchâtel).
(...)


Bibliographie
Biogr.NE, 1, 213-220
– Th. David et al., La Suisse et l'esclavage des Noirs, 2005, 55-61

Auteur(e): Myriam Volorio Perriard