Association nationale suisse

L'échec de la tentative de révision du Pacte fédéral en 1832-1833 (Pacte Rossi) donna une forte impulsion à l'idée, défendue par Paul Vital Troxler, d'une constituante. Un comité (composé notamment par Karl Albrecht Kasthofer, élu président, Troxler, Henry Druey, Wilhelm Snell, Xavier Stockmar, Kasimir Pfyffer et Thomas Bornhauser) créé à Zofingue en 1834 et comptant des délégués des sections cantonales du Schutzverein, lança de Berne un "appel aux patriotes suisses". L'Association nationale suisse fut fondée en 1835 à Schinznach, lors d'une session de la Société helvétique. Dans ses statuts, elle se fixait pour but de renforcer l'identité nationale de la Suisse, de préserver l'indépendance du pays, d'élaborer une constitution fédérale, d'obtenir l'égalité des droits et les libertés de presse et d'association. Ses affinités avec les cercles radicaux de Giuseppe Mazzini et la "Jeune Suisse" d'Ernst Schüler eurent pour effet de cabrer les libéraux, de même que l'utilisation par Druey de la fête fédérale de tir à Lausanne en juillet 1836 pour tenter d'en faire une manifestation radicale. L'Association perdit bientôt sa raison d'être, quand le combat se déplaça sur le terrain cantonal avec l'affaire des couvents d' Argovie et le rappel des jésuites à Lucerne. Sa dissolution formelle suivit en 1839.


Bibliographie
– A. Götz, «Dr. Ignaz Paul Vital Troxler als Politiker», in Schweizer Studien zur Geschichtswissenschaft, 7, 1915, 3-182
– H. von Greyerz, Nation und Geschichte im bernischen Denken, 1953, 163
– E. Spiess, Ignaz Paul Vital Troxler, 1967
– E. Gruner, Die Parteien in der Schweiz, 21977, 79-80

Auteur(e): Christoph Zürcher / WW