• <b>Adolf Deucher</b><br>Le conseiller fédéral, photographie vers 1885 (Bibliothèque nationale suisse).

No 1

Deucher, Adolf

naissance 15.2.1831 à Wipkingen (auj. comm. Zurich), décès 10.7.1912 à Berne, cath., de Steckborn. Fils de Guntram Arbogast, médecin, et de Katharina Huber. ∞ 1860 Paulina Schnebli, fille de Franz Adam, de Baden. Etudes de médecine à Heidelberg, Prague, Vienne et Zurich (1847-1851), doctorat à Zurich en 1851. Médecin à Steckborn (1851-1862) puis à Frauenfeld (1862-1879). En 1858, D. se lance dans la politique thurgovienne en s'opposant à Eduard Häberlin. Député au Grand Conseil de 1858 à 1879 (président en 1871-1872), il s'engagea en faveur du mariage civil et de la mixité confessionnelle dans les écoles (1859), mais s'opposa à la suppression du couvent de Sankt Katharinental (1869). Partisan du chemin de fer du Lukmanier, il sympathisa -- contre Häberlin -- avec le comité thurgovien défendant la ligne du Seetal. En 1868, il fut l'un des initiateurs de la révision de la constitution thurgovienne. Constituant, il fut en faveur de l'"article Häberlin" (interdiction du cumul des fonctions), du droit d'initiative, du référendum obligatoire, de l'élection du gouvernement par le peuple et de la création d'une banque cantonale. Conseiller national radical (1869-1872), il combattit pour la révision totale de la constitution fédérale selon un axe centralisateur et démocratique. Il démissionna en 1872 en raison de divergences au sein du groupe parlementaire. D. cofonda en 1873 l'Association patriotique suisse (radicale) et en présida la section thurgovienne. En 1879, il fut élu au Conseil d'Etat de Thurgovie (Instruction publique et cultes) et fit son retour au Conseil national (président en 1882-1883). En 1883, ce fut l'élection au Conseil fédéral (Justice et police en 1883, Poste et chemins de fer en 1884, Intérieur en 1885, Commerce, industrie et agriculture de 1887 à 1912, Département politique et présidence de la Confédération en 1886, 1897, 1903 et 1909). Comme ministre de l'économie nationale, D. développa l'Etat social (assurance-accidents et subventionnement de la caisse-maladie en 1911). Il fit avancer la protection des ouvriers en interdisant l'usage du phosphore dans l'industrie des allumettes (1898) et en révisant la loi sur les fabriques (1904-1912). Passant d'avantageux contrats commerciaux, D. est à l'origine d'une période faste pour le commerce extérieur suisse. Les nouveaux tarifs douaniers de 1884, 1887, 1892 et 1902 marquèrent le passage du libre-échange à une politique de protectionnisme modéré. D. présida à l'élaboration de la première loi sur l'agriculture (1893) et à la fondation en 1898, à Liebefeld près de Berne, de la Station fédérale d'essais agricoles (devenue Station fédérale de recherches laitières). D. fut reçu bourgeois d'honneur de Frauenfeld (1886) et de Genève (1896).

<b>Adolf Deucher</b><br>Le conseiller fédéral, photographie vers 1885 (Bibliothèque nationale suisse).<BR/><BR/>
Le conseiller fédéral, photographie vers 1885 (Bibliothèque nationale suisse).
(...)


Bibliographie
– Altermatt, Conseil fédéral, 238-243
– E. Fischer, Bundesrat Dr. med. Adolf Deucher, 1831-1912, 1996

Auteur(e): André Salathé / ABI