03/04/2008 | communication | PDF | imprimer | 

Hausen am Albis

Comm. ZH, distr. d'Affoltern, comprenant le village de H., au pied méridional du col de l'Albis, les fractions de Heisch et d'Ebertswil (depuis 1885), ainsi que des hameaux et des fermes sur les pentes de l'Albis. Jusqu'en 1911, la commune s'appela simplement Hausen. 869 Husun (?), 1242 Husen. 840 hab. en 1762, 1450 en 1850, 1335 en 1888, 1408 en 1900, 1588 en 1950, 3040 en 2000. Vestiges néolithiques sur la rive du Türlersee. Sur la crête de l'Albis se dresse la ruine de la Schnabelburg

Au XIIe s., l'abbaye de Muri possédait des terres au Rattlisberg (auj. Mittler Albis) et celle d'Engelberg à Heisch. Faisant partie du bailliage de Maschwanden sous les barons d'Eschenbach-Schnabelburg, H. releva de Zurich pour les basse et haute justices (dès 1406 et 1415) et fut attribué en 1512 au bailliage de Knonau. En 1235, une communauté de béguines s'établit à H. sur des terrains du couvent de Kappel, mais on perd sa trace rapidement. D'après un jugement rendu en 1438, H., Heisch et Ebertswil possédaient des droits réciproques de pâture sur leurs jachères.

Les fouilles de 1968 ont montré que l'église (mentionnée en 1250) remontait à l'époque romane. Au bas Moyen Age, elle était une filiale de Baar; sa desserte déclencha au début du XVe s. une longue querelle entre H. et le couvent de Kappel, détenteur du patronage de Baar. Les villageois construisirent une nouvelle église (1491-1494), firent consacrer un cimetière et, apparemment munis d'une autorisation pontificale, fondèrent en 1497 un bénéfice pour l'entretien d'un prêtre; mais son installation fut empêchée par le couvent. Ce n'est qu'à la Réforme (1527) qu'ils obtinrent un pasteur. En 1751, le sanctuaire gothique fut en partie abattu et reconstruit par l'architecte David Morf. Une église catholique fut édifiée en 1910 (bâtiment désaffecté et remplacé en 1977).

En 1567, trente habitants de H., Heisch et Ebertswil, s'inspirant sans doute des formes d'organisation confraternelle de la Suisse centrale, formèrent une société pour exploiter une auberge avec bains (Zum Hengst), une scierie et une boucherie. Le marchand-fabricant Jakob Zürrer employa dans son entreprise fondée en 1825 jusqu'à 700 tisseurs et tisseuses de soie (à domicile, puis en usine; les premiers bâtiments datent de 1840 et 1850). Ses fils épousèrent des filles de la famille Schwarzenbach, industriels de la soie à Thalwil. De nos jours encore, H. abrite la firme Weisbrod-Zürrer. L'établissement de bains d'Albisbrunn, ouvert en 1839, fut transformé en 1924, par la fondation Alfred Reinhart de Winterthour, en une école nouvelle, connue pour sa production de jouets en bois. Jusqu'au milieu du XIXe s., H. se composait des communes civiles (Zivilgemeinde) de Hausen et Heisch. Une amélioration foncière et un remaniement parcellaire ont eu lieu en 1951; la délimitation de zones à bâtir a marqué l'évolution récente du village. Les exploitations agricoles ont passé de 144 en 1905 à 53 en 1980. Près des quatre cinquièmes de la population active travaillaient en 2000 dans l'agglomération zurichoise.


Bibliographie
– M. Weisbrod, Geschichte der Kirche Hausen am Albis, 1969
– W. Baer et al., Hausen am Albis, 1982
– F. Wendler, Knonaueramt, 1987

Auteur(e): Martin Illi / WW