27/05/2008 | communication | PDF | imprimer | 
No 3

Hungerbühler, Matthias

naissance 2.9.1805 à Wittenbach,décès 14.7.1884 à Saint-Gall, cath., de Wittenbach, bourgeois d'honneur de Weesen en 1857 et Straubenzell (auj. comm. Saint-Gall) en 1858. Fils de Moritz Ludwig, médecin de campagne qui tenait également une clinique pour malades mentaux, et d'Anna Catharina Gerster. ∞ 1843 Johanna Staub, fille de Fidel, administrateur de la Caisse d'Etat de Soleure. Gymnase catholique à Saint-Gall, études de théologie et philosophie, puis de droit (non terminées) à Fribourg-en-Brisgau, Genève et Paris (1822-1830). Dès 1831, avocat à Saint-Gall, chancelier cantonal de 1835 à 1838. Député radical au Grand Conseil saint-gallois (1835-1870 et 1873-1878, président en 1865), conseiller d'Etat (1838-1859, 1862-1864 et 1873-1878), H. dirigea la Justice, la Police, l'Intérieur, les Travaux publics, les Finances, l'Instruction publique et fut dix fois landamman. Membre de la Constituante (1859-1860, 1861) et président du tribunal cantonal (1864-1873). Au niveau fédéral, après la dissolution du Sonderbund, H. fut représentant fédéral à Schwytz (1847-1848), député à la Diète (1848) et conseiller national (1848-1875, président en 1852-1853). D'abord l'un des dirigeants des radicaux de gauche du canton, H. se rapprocha vers 1866 de l'aile modérée du parti. Dans les querelles confessionnelles, il défendit l'Eglise d'Etat joséphiste et voulut une école cantonale confessionnellement mixte (1856). Pendant le Kulturkampf, il lutta contre l'ultramontanisme. Libéral strict en économie, comme le prouva sa défense du chemin de fer privé Wil-Saint-Gall-Rorschach en 1856, H. se montra néanmoins sensible aux questions sociales, notamment en tant que président de la Société d'utilité publique des cantons de Saint-Gall et d'Appenzell (1844-1867).


Fonds d'archives
– Fonds, KBSG
Bibliographie
– R. Flury, Johann Matthias Hungerbühler 1805-1884, 1962 (avec bibliogr.)
– Gruner, L'Assemblée, 1, 567-568
– K. Buchmann, «Matthias Hungerbühler», in NblSG, 111, 1971, 22-23

Auteur(e): Marcel Mayer / ME