No 5

Perrier, Ernest

naissance 2.5.1881 à Fribourg, décès 25.4.1958 à La Pierre-qui-Vire (Bourgogne), cath., de Châtel-Saint-Denis. Fils d'Emile ( -> 4). Célibataire. Etudes de droit à Lausanne et Zurich, licence (1905) et doctorat (1906), stage d'avocat à Lausanne, brevet vaudois (1908). Avocat à Fribourg (1908-1911). Procureur général du canton de Fribourg (1911-1916). Conservateur catholique, soutenu par Georges Python, P. fit une brillante carrière politique. Député au Grand Conseil fribourgeois (1918-1921) et conseiller d'Etat de 1916 à 1932 (le cumul fut possible jusqu'en 1921). Directeur de la Police (1916-1920), de Justice, cultes, communes et paroisses (1920-1927) et de l'Instruction publique (1927-1932), P. patronna la révision constitutionnelle cantonale de 1921, favorisa le sport dans les écoles et veilla à l'agrandissement de plusieurs établissements scolaires. Conseiller national (1919-1932), vice-président du Conseil national (1932) et président du parti conservateur catholique suisse (1928-1932). Membre de la commission suisse à la conférence du désarmement à Genève (1932). Ayant accordé des cautions qu'il ne put assumer, P. se retira de la vie publique en novembre 1932. Il entra à l'abbaye bénédictine de La Pierre-qui-Vire et devint Dom Nicolas. Ordonné prêtre (1937), il fut prieur de 1938 à 1952. Membre fondateur de la Nouvelle Société helvétique (1914).


Fonds d'archives
– Fonds, AEF
Bibliographie
– Gruner, L'Assemblée, 1, 399
– L. Savary, Les balances faussées, 1966

Auteur(e): Jean-Pierre Dorand