No 10

Turrettini, Théodore

naissance 27.4.1845 à Genève, décès 7.10.1916 à Genève, prot., de Genève. Fils d'Alphonse-Théodore Albert, banquier, et de Marie-Anne-Charlotte Rigaud. Neveu de William ( -> 11) et d'Auguste ( -> 1). ∞ Catherine-Marguerite Favre, fille d'Alphonse Favre. Beau-frère de Léopold Favre. Diplôme d'ingénieur de l'école spéciale de Lausanne (1867). T. a une expérience de la vie d'entreprise à Francfort, puis à Berlin chez Siemens, avant d'établir des contacts avec des milieux scientifiques à Paris et de devenir en 1870 directeur de la Société genevoise d'instruments de physique, charge qu'il occupe jusqu'à sa mort. Il a pour mission d'orienter l'entreprise, créée en 1860, vers la fabrication de machines industrielles. Il développe notamment des machines à froid et prospecte avec succès le secteur de la distribution d'énergie, alors en pleine expansion. Les Forces motrices du Rhône, à Genève, sont sa grande œuvre. Elu à l'exécutif de la ville en 1882, avec le programme d'une entreprise municipale, T. devient le maître d'œuvre de la centrale à eau sous pression de la Coulouvrenière, construite de 1883 à 1886. Il acquiert une réputation internationale dans le domaine de la distribution d'énergie depuis des stations centrales, ce qui lui vaut en 1891 d'occuper une place à l'International Niagara Commission qui réunit les meilleurs spécialistes en vue d'installer une centrale de plusieurs milliers de CV en amont des chutes du Niagara. Cette expérience lui permet de construire de 1893 à 1896 la centrale hydroélectrique de Chèvres (18 000 CV). T. siégea au Conseil municipal (législatif, 1882-1910), au Conseil administratif (exécutif, 1882-1902) et au Grand Conseil genevois (1901-1906) avec les démocrates, au Conseil national (1906-1911) au centre. Président de l'Exposition nationale de Genève de 1896. Docteur honoris causa (Genève, 1911). Colonel d'artillerie.


Bibliographie
– Gruner, L'Assemblée, 1, 971-972
Livre du Recteur, 6, 93-94
– S. Paquier, Hist. de l'électricité en Suisse, 1998, 2 vol.

Auteur(e): Serge Paquier