Société générale suisse d'histoire (SGSH)

La Société suisse d'histoire fondée en 1811 par Niklaus Friedrich von Mülinen ne parvint jamais à se développer au-delà du cercle de ses membres bernois et la mort de son fondateur en 1833 mit aussi fin à son existence. La Société générale suisse d'histoire (SGSH) fut fondée le 25 septembre 1841 à Berne, à l'initiative de l'Appenzellois Johann Caspar Zellweger. Elle ne voulait pas concurrencer les Sociétés d'histoire cantonales, mais les compléter sur le plan national et se consacrer surtout à l'édition. Elle publiera notamment l' Indicateur d'histoire et d'antiquités suisses (1855-1868) puis la nouvelle série de l'Indicateur d'histoire suisse (1870-1920), le Jahrbuch für schweizerische Geschichte (1876-1920), les Quellen zur Schweizer Geschichte (1877-1907; NS 1908-), le Quellenwerk zur Entstehung der schweizerischen Eidgenossenschaft: Urkunden, Chroniken, Hofrechte, Rödel und Jahrzeitbücher bis zum Beginn des 15. Jahrhunderts (1933-), la Revue d'histoire suisse (1921-1951) devenue dès 1951 la Revue suisse d'histoire, et Itinera (1985-). Conçue comme organisation faîtière des historiens suisses (Histoire), scientifique et apolitique, elle subit cependant à ses débuts les critiques des radicaux. Se limitant prudemment à la publication de sources et d'articles scientifiques, elle a observé une grande réserve vis-à-vis des méthodes nouvelles et s'est très largement abstenue dans les questions de personnes.

Jusqu'à une époque récente, seules les assemblées annuelles réunissaient régulièrement les membres (elles ne furent supprimées que dans les années de guerre, en 1870, 1914 et 1939); mais une ouverture se manifesta dès les années 1970: première journée des historiens en 1973, premier congrès des universités en 1974 et nouveaux statuts en 1977 qui offraient la possibilité de former des sections pour des domaines particuliers (par exemple les historiens militaires, l'Helvetia Sacra, la Société d'histoire économique et sociale, l'Association Histoire et informatique). En 1988, d'entente avec l'Académie suisse des sciences humaines, la SGSH a créé la fondation Dictionnaire historique de la Suisse. Sauf à ses débuts, la SGSH a toujours compté parmi ses membres (208 en 1841, 210 en 1891, 298 en 1918, 667 en 1932, 852 en 1968, 1573 en 1995) une plus forte proportion d'historiens professionnels que les sociétés cantonales. Depuis avril 2001, la SGSH s'appelle Société suisse d'histoire (SSH).


Bibliographie
Cent ans de la SGSH 1841-1941, 1941
Rapport de gestion de la Soc. suisse des sciences humaines, 1948-1984, puis Rapport annuel de l'Académie suisse des sciences humaines, 1985- (avec rapport annuel de la SGSH)
Bull. AGGS, 1977-

Auteur(e): Quirinus Reichen / PV