Duggingen

Comm. BL, distr. de Laufon. Village-rue sur une terrasse, au sud de la dernière cluse de la Birse. Vers 1330 Tuggingen. 201 hab. en 1770, 268 en 1831, 341 en 1850, 539 en 1900, 594 en 1950, 1162 en 2000. Vestiges néolithiques dans une caverne; pièces de monnaie et ornières romaines. Ruines de la forteresse de Bärenfels (vers 1200, abandonnée au XVe s.) à Oberäsch. Château fort d'Angenstein (fondé après 1286) à l'entrée de la vallée. Relevant du bailliage de Pfeffingen, tombé en 1004 sous la domination de l'évêque de Bâle, D. fut pillé en 1444 et durant la guerre de Trente Ans. Française entre 1792 et 1813, la commune passa au canton de Berne en 1815 et à Bâle-Campagne en 1994. Une chapelle fut construite en 1735, l'église Saint-Jean-Baptiste en 1837. Avec Grellingen, D. fit partie jusqu'en 1845 de la paroisse catholique de Pfeffingen. Le village, agricole et viticole, accueillit assez tôt d'importants établissements industriels exploitant l'énergie hydraulique de la Birse: filature de schappe d'Angenstein (1863-1932) et fabrique d'horloges murales (1899-1927). Après 1960, D. connut une expansion rapide en devenant une commune résidentielle avec un fort pourcentage de navetteurs travaillant à Bâle.


Bibliographie
– E. Kräuliger, «Geschichtliches über Duggingen», in Nordschweiz-Almanach, 1, 1954, 31-34

Auteur(e): Daniel Hagmann / FP