Zäziwil

Comm. BE, distr. de Konolfingen, arrondissement administratif de Berne-Mittelland, dans le haut Kiesental, comprenant les villages de Z. et Leimen, les hameaux de Rütenen et Länzligen, ainsi que des fermes isolées. 1299 Cezzenwile. 428 hab. en 1764, 1042 en 1850, 1228 en 1900, 1288 en 1950, 1514 en 2000. Vestiges de plusieurs fortifications médiévales sur les collines: levées de terre de Schwanden et du Zwingherrenhubel, site du château de Spitzer Chnubel. La baronnie de Signau possédait des terres dispersées à Z., ainsi que la basse justice. Elle passa en 1529 au bailliage bernois de Signau. Pour la haute justice, Z. relevait de la juridiction de Konolfingen. A côté de Z., Rütenen et Länzligen, la commune comprenait Leimen et Eichi, des hameaux de Tauner construits sur les communaux. Z. exploitait forêts et pâtures avec d'autres communautés villageoises, par exemple dans les collines du nord avec Bueleberg jusque vers 1548, et au fond de la vallée jusqu'en 1607 (partage des forêts entre les communes) et 1679 (partage des pâtures entre les fermes). Rütenen partagea sa forêt en 1643. Les ayants droit étaient autorisés à abattre du bois dans la forêt domaniale de Toppwald. Au spirituel, Z. faisait partie de Grosshöchstetten. Vu l'augmentation de la population, Berne créa en 1819 un poste de diacre; Z. devint en 1874 paroisse annexe et forma un cercle paroissial avec Mirchel en 1961. Le temple date de 1964. Les bains de Leimen et ceux de Brunnenbach, appréciés au XVIIIe s., durent fermer au XIXe. A côté de l'agriculture mixte, la production laitière se développa au XIXe s. et des fromageries apparurent (il en restait encore une en 2012). La route cantonale et la voie ferrée Berne-Lucerne (1875) favorisèrent les arts et métiers (travail du bois, bâtiment, hôtellerie), mais aussi les migrations journalières (surtout vers Berne et Thoune). Si Rütenen a gardé son caractère agricole, le commerce et l'artisanat prédominent à Z. qui abrite aussi le centre de la coopérative agricole régionale. Des écoles primaires se trouvent à Z. et Rütenen. De nouveaux quartiers surgirent dès 1979. Le teillage du lin est devenu au début du XXIe s. l'occasion d'une manifestation folklorique.


Bibliographie
– F. Häusler, Das Emmental im Staate Bern bis 1798, 2 vol., 1958-1968
– E. Schneeberger, Bauinventar der Gemeinde Zäziwil, [1995]
– H.R. Burkhardt et al., Zäziwil, 1999

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / PM