• <b>Carl Feer-Herzog</b><br>Lithographie de  Th. Meyerhofer,  vers 1870 (Bibliothèque nationale suisse).

No 1

Feer [-Herzog], Carl

naissance 23.10.1820 à Rixheim (Alsace), décès 14.1.1880 à Aarau, prot., de Brugg et Aarau. Fils de Friedrich ( -> 3). ∞ 1849 Caroline Herzog, fille de Johann Jakob, fabricant de textiles, député au Grand Conseil argovien et conseiller municipal d'Aarau, petite-fille de Johannes Herzog. Ecoles à Aarau, études de sciences techniques et naturelles à Genève et à Paris (diplôme d'ingénieur civil à l'Ecole centrale des arts et manufactures). Associé en 1845, comme directeur commercial, de la fabrique de soie de son père, qui prit le nom de F. Feer & Cie. Fortune faite, F. céda l'entreprise à ses frères en 1865. Député au Grand Conseil argovien (1852-1880, président en 1855-1856 et en 1872-1873, président de la commission des comptes de 1856 à 1872), membre du Conseil national (1857-1880, président en 1874), il s'intéressa comme politicien aux secteurs bancaire et ferroviaire. Cofondateur en 1854 et président jusqu'en 1880 du premier institut financier de son canton, la banque d'Argovie (Banque cantonale en 1913), organe semi-étatique orienté vers le commerce et l'artisanat. Administrateur du Basler Bankverein. Membre depuis sa fondation en 1852 (vice-président de 1860 à 1880) du conseil d'administration de la Compagnie du Central-Suisse. Premier président du chemin de fer du Gothard, délégué par le Conseil fédéral, de 1871 à sa mort. Cofondateur et membre du comité (1870-1872) de l'Union suisse du commerce et de l'industrie. Il refusa plusieurs invitations à entrer au Conseil d'Etat argovien. Au Conseil national, il dirigeait avec Alfred Escher le centre radical. Partisan du libre-échange et habile diplomate, il négocia pour le Conseil fédéral des accords commerciaux avec plusieurs pays (France, Italie, Autriche-Hongrie, Confédération de l'Allemagne du Nord, Espagne, Russie, Perse, Portugal) entre 1864 et 1873. Expert en matière de commerce, de monnaie (partisan de l'étalon-or) et de douane (précurseur du tarif douanier de 1891), il marqua la politique fédérale dans ces domaines et faisait autorité à l'étranger, notamment aux conférences de l'Union monétaire latine.

<b>Carl Feer-Herzog</b><br>Lithographie de  Th. Meyerhofer,  vers 1870 (Bibliothèque nationale suisse).<BR/>
Lithographie de Th. Meyerhofer, vers 1870 (Bibliothèque nationale suisse).
(...)


Bibliographie
– H. Staehelin, Carl Feer-Herzog, 1820-1880, 1975

Auteur(e): Andreas Steigmeier / WW