Oberthal

Comm. BE, distr. de Konolfingen. Habitat dispersé sans noyau villageois, au pied de la Blasenfluh au-dessus du Kiesental. 1275 mons Obertal. 595 hab. en 1764, 1089 en 1850, 866 en 1900, 880 en 1950, 800 en 2000. Site d'un château fort, dont aucune source écrite ne fait mention, au Spitzer Chnubel. Divers seigneurs fonciers possédaient des biens à O., notamment les Kibourg et les barons de Signau. Pour la basse justice, O. releva de la seigneurie de Signau (bailliage bernois en 1529), sauf Möschberg qui dépendait du tribunal de la ville de Berne, et pour la haute justice de la juridiction de Konolfingen. Il fut intégré en 1803 au bailliage de Konolfingen (district en 1831). Au spirituel, il a toujours fait partie de la paroisse de Grosshöchstetten (cercle de Bowil-O.). Au XIXe s., la conversion à l'élevage et à la production laitière conduisit à la création de cinq fromageries, ce qui n'empêcha pas une baisse de la population après 1850. Entrée dans la zone d'influence de la région de Berne dans les années 1960 (construction de logements de vacances et du nouveau quartier d'Alterswil, 56% de pendulaires en 2000), la commune a cependant gardé son caractère agricole et artisanal. (50% des emplois en 2005) En 1970, le foyer pédagogique et thérapeutique Saint-Martin y ouvrit ses portes.


Bibliographie
– H. Schneeberger, Bauinventar der Gemeinde Oberthal, 2001

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / FP