18/11/2008 | communication | PDF | imprimer

Mirchel

Comm. BE, distr. de Konolfingen. Petite commune du haut Kiesental avec le village de M., le hameau de Gmeis, des fermes groupées ou isolées. 1320 Mirchlon. 250 hab. en 1764, 421 en 1850, 474 en 1900, 447 en 1950, 491 en 2000. Vestiges laténiens au Galgenhubel-Äbnit (tombe avec mobilier funéraire) et à Neuhus-Ruscheli (loupes de fer). M. releva de la baronnie de Signau pour la basse justice, puis du bailliage bernois de Signau dès 1529, alors que la haute justice était exercée par la juridiction de Konolfingen (bailliage en 1803, distr. dès 1831). M. exploitait avec les autres communes du haut Kiesental les forêts et les pâturages, mais il se sépara de ce consortage en 1679 et partagea ses communaux. M. relève de la paroisse de Grosshöchstetten (et de son cercle de Zäziwil depuis 1874). Comme les constructions faites depuis les années 1970 ont tenu compte de ce qui existait, la commune a conservé son aspect rural. En 2000, les deux tiers des personnes actives travaillaient à l'extérieur, dans les communes voisines et dans la région de Berne. Centre culturel, scolaire et vacancier interrégional à l'auberge d'Appenberg.


Bibliographie
– F. Häusler, Das Emmental im Staate Bern bis 1798, 2 vol., 1958-1968
– S. Brenner, Bauinventar der Gemeinde Mirchel, 1992

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / WW