No 5

Bossi, Emilio

naissance 31.12.1870 à Bruzella, décès 27.11.1920 à Lugano, libre penseur et franc-maçon, de Bruzella. Fils de Francesco, architecte. ∞ Emilia Contestabile. Lycée de Lugano, licence en droit à Genève. Avocat et journaliste, B. devint célèbre comme polémiste sous le pseudonyme de Milesbo. Adversaire irréductible du cléricalisme, défenseur acharné de l'italianité du Tessin, il conduisit de durs combats contre les "meneurs de la vie publique". Il collabora au journal Il Dovere dès 1891 et le dirigea en 1920, fut rédacteur (1896-1902) puis directeur (1915-1920) de la Gazzetta Ticinese, dirigea l'hebdomadaire Vita Nova en 1893. Il fonda le quotidien Idea Moderna en 1895 puis, en 1906, L'Azione, organe de l'Extrême radicale, dont il fut le directeur. Député (1905-1910, 1914-1920), conseiller national (1914-1920) et conseiller aux Etats (1920). Conseiller d'Etat (Département de l'intérieur, 1910-1914). Juge d'instruction du Sottoceneri (1905-1910). Libéral-radical, il fut, avec Romeo Manzoni, l'impitoyable censeur de la politique de "l'opportunisme" et des "transactions" de Rinaldo Simen. En 1897, il figure parmi les fondateurs de l'Union radicale-sociale tessinoise qui, outre les réformes sociales, défendait l'école laïque et la séparation entre Eglise et Etat. Avec Manzoni, il fut le chef charismatique de l'Extrême radicale, née en 1902 après une violente polémique avec le courant Simen. Après son entrée au Conseil d'Etat, B. dut s'adapter aux compromis politiques et l'Extrême radicale disparut comme groupe autonome.


Oeuvres
Sulla separazione dello Stato dalla Chiesa, 1899
Gesù Cristo non è mai esistito, 1900
I clericali e la libertà, 1909
Venti mesi di storia svizzera, 1916
Bibliographie
– E. Bossi, Milesbo, 1957
– Gruner, L'Assemblée, 1, 729-730
– F. Masoni, Emilio Bossi: commemorazione del centenario, 1973

Auteur(e): Andrea Ghiringhelli / MFR