15/11/2012 | communication | PDF | imprimer

Wilderswil

Comm. BE, distr. d'Interlaken, arrondissement administratif d'Interlaken-Oberhasli, à l'entrée de la vallée de la Lütschine, comprenant W., Mülenen et Gsteigallmend. 1224 Wilderswile. 552 hab. en 1764, 1145 en 1850, 1554 en 1900, 1669 en 1950, 2238 en 2000. Tombes du VIIe s. avec mobilier au Brühl. Au Moyen Age, le centre de la seigneurie d'Unspunnen se trouvait sur le territoire communal actuel, avec les châteaux forts d'Unspunnen et de Rotenfluh. Vers 1280 probablement, à la suite d'un partage successoral, Mülenen et Grenchen allèrent à la seigneurie de Weissenau, puis au chapitre (1334) et au bailliage (1528) d'Interlaken, tandis que le village de W. échut à la seigneurie d'Unspunnen; avec celle-ci, il passa par étapes à Berne (entre 1488 et 1515), qui le plaça d'abord sous l'administration d'Unterseen, puis l'intégra au bailliage d'Interlaken (1762-1798). Au Moyen Age, les villages de W., Mülenen et Grenchen formaient chacun une communauté (Bäuert); Grenchen disparut en tant que village au XVIe s.; les premières maisons construites sur les biens communaux de Gsteigallmend datent du XVe s. Tous les villages relevaient de la paroisse de Gsteig (comm. Gsteigwiler). Les crues du Saxetbach et de la Lütschine contraignirent les villages et le couvent, puis le bailliage, à des travaux d'endiguement; une association reprit cette tâche dès 1865. Une nouvelle route reliant la plaine d'Interlaken aux vallées de la Lütschine fut aménagée au XIXe s. La gare des chemins de fer de l'Oberland bernois (1890) et la station de départ du train à crémaillère de la Schynige Platte (1892) favorisèrent l'essor du tourisme estival. En 1910, on comptait déjà douze hôtels et quelques auberges; dès 1927, W. utilisa le jardin alpin de la Schynige Platte pour sa promotion. A la fin du XXe s., les principaux fournisseurs d'emplois de la commune étaient, outre le secteur touristique et les petites entreprises, les chemins de fer et l'aéroport militaire ouvert en 1941. Depuis la fermeture de ce dernier en 2003, le site est utilisé pour des compétitions de sport motorisé ou des concerts (Greenfield Festival). La commune dispose d'une école primaire et secondaire.


Bibliographie
– H. Grossniklaus, Wilderswil, 1957
– H. Grossniklaus, Wilderswil, [1987]
– P. Bannwart, Bauinventar der Gemeinde Wilderswil, 2000

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / MBA