Zimbabwe

 © 2007 DHS et Kohli cartographie, Berne.
© 2018 DHS

Dès 1896, la Rhodésie attire des Suisses (explorateurs, chercheurs d'or, militaires et surtout missionnaires protestants et catholiques). Ceux-ci développent dans les zones rurales de cette colonie britannique des établissements religieux, scolaires et sanitaires. Le nombre de Suisses immatriculés passe de 113 en 1948, à 420 en 1965, 600 en 1978, puis baisse à 478 en 1986. Leur nombre n'était plus que de 284 en 2010 (dont 120 doubles nationaux). La même année, 245 ressortissants du Z. résidaient en Suisse. Des tensions apparaissent entre Suisses favorables au régime ségrégationniste blanc (notamment des fermiers et des commerçants) et missionnaires proches des Noirs. Le Conseil fédéral ne reconnaît pas l'indépendance de la Rhodésie proclamée en 1965. Sans appliquer les sanctions préconisées par l'ONU, il prend des mesures contribuant à l'isolement du régime raciste: en 1965 embargo sur les exportations de matériel de guerre, en 1967 limitation des échanges économiques au "courant normal" des années 1964-1966, en 1978 interdiction des "affaires triangulaires" par des personnes ayant leur domicile ou leur siège en Suisse, fermeture en 1970 du consulat à Salisbury (ouvert en 1954). Le premier gouvernement multiracial de Rhodésie est formé en 1978. Diversement critiquées, la plupart des sanctions contre le pays sont levées le 19 décembre 1979; le Conseil fédéral reconnaît le 17 avril 1980 le Z., dont l'indépendance est officiellement proclamée le 18. Le consulat est rouvert à Harare, puis transformé en ambassade en 1981. L'aide accordée avant 1980 par une centaine de missionnaires, le CICR et des organisations privées, favorise les relations bilatérales qui, sur le plan économique, sont entretenues par la relative prospérité du Z. La présence industrielle et financière de la Suisse y est renforcée par quatre crédits mixtes (140 millions de francs de 1981 à 1991). Soutenue par la Confédération et diverses organisations (Caritas, Armée du Salut, pacifistes et tiers-mondistes), une aide est apportée aux réfugiés du Mozambique, à la production laitière, à l'imprimerie, à la formation scolaire, rurale et technique. A la fin des années 1990, le Z. s'enfonce dans une crise politique et économique. En 2002, le Conseil fédéral prend des sanctions contre le pays suite à des manipulations électorales et aux violations des droits de l'homme. En raison de la situation alimentaire précaire et pour lutter contre le sida et le choléra, la Suisse apporte une aide humanitaire d'urgence à la population zimbabwéenne. En 2009, la Direction du développement et de la coopération a investi près de 6,5 millions de francs au Z.


Fonds d'archives
– Documentation du DFAE
Bibliographie
– R. Letsch, Rhodesien, die Vereinten Nationen und die Schweiz, 1983
– O. T. Berner, Schweizer im einstigen Rhodesien, 1985
– A. Eberle, Die Missionsgesellschaft Bethlehem, Immensee, in Rhodesien/Zimbabwe 1947-1980, mém. lic. Zurich, 1985

Auteur(e): Marc Perrenoud