Tanzanie

 © 2010 DHS et Kohli cartographie, Berne.<br>
© 2018 DHS

Dès 1921, des capucins et bénédictins suisses remplacent les missionnaires allemands et multiplient les activités religieuses, scolaires et médicales dans les colonies britanniques du Tanganyika (jusqu'en 1919 partie de l'Afrique orientale all.) et de Zanzibar, qui formeront à partir de 1964 la République unie de T. Evêque dès 1930, le grison Edgar Maranta est archevêque de Dar es-Salaam de 1953 à 1969. Parmi les Suisses installés dans la région, les missionnaires sont, jusqu'aux années 1950, les plus nombreux, suivis par des planteurs (de café, de coton, de céréales ou de sisal), des fermiers et des commerçants. Les perspectives d'essor économique de l'Est africain motivent l'ouverture en 1927 d'un consulat à Tanga. Il est déplacé à Dar es-Salaam en 1961, transformé en consulat général en 1962 et en ambassade en 1966. Le nombre des Suisses immatriculés est de 175 en 1928, 677 en 1964, 404 en 1981 et 340 en 2010 (dont 93 doubles nationaux); 186 Tanzaniens résidaient dans la Confédération en 2010. Le Conseil fédéral décide de reconnaître l'indépendance du Tanganyika en 1961 et celle de Zanzibar en 1963. L'unification des deux pays en 1964 donne naissance à la T. qui bénéficie des sympathies des milieux tiers-mondistes et d'industriels. Elle compte parmi les pays prioritaires de la Direction du développement et de la coopération, qui a ouvert en 1981 un bureau à Dar es-Salaam. En 2010, la Suisse a investi 16,9 millions de francs dans l'aide au développement. Dès 1960, des entreprises chimiques bâloises financent la formation médicale à Ifakara. Favorisant des échanges relativement importants, des accords bilatéraux sont signés: protection réciproque des investissements (1965 et 2004), rééchelonnement de la dette (30,8 millions de francs de 1987 à 1990), aide à la balance des paiements (1987 et 1990), aviation civile (2004). En 2010, les exportations suisses en T. s'élevaient à 25,8 millions de francs (produits chimiques, métaux et machines), les importations à 23,1 millions (café, coton, clous de girofle, sisal, tabac, noix d'acajou).


Fonds d'archives
– Documentation du DFAE
Bibliographie
– E. Widmer, Zur Geschichte der schweizerischen ärztlichen Mission in Afrika: unter besonderer Berücksichtigung des medizinischen Zentrums von Ifakara, Tanganyika, 1963
– Th.A. Freyvogel, «Ifakara», in Basler Stadtbuch, 1978, 13-22
– A.A. Häsler, Der Weizenkönig von Tanganjika, 1980
– W. Ludin, M.N. Schmucki, Licht am Kilimanjaro: Luzerner Missionspionierinnen in Tansania, 2009

Auteur(e): Marc Perrenoud