Cap-Vert

 © 2000 DHS et Kohli cartographie, Berne.
© 2018 DHS

Les îles du C. intéressèrent des Suisses comme terrain de recherches botaniques et comme escale maritime ou aérienne. Des marchandises, notamment des carburants, destinées à l'approvisionnement de la Suisse y furent stockées pendant la Deuxième Guerre mondiale. Dès 1943, quelques missionnaires catholiques s'y installent. Le Conseil fédéral reconnaît l'indépendance du C. dès sa proclamation le 5 juillet 1975 et établit des relations diplomatiques en 1980. Dès 1976, une aide est apportée pour lutter contre l'érosion, en faveur de l'alphabétisation, la conservation de l'eau et la promotion des cultures maraîchères. La coopération soutient aussi la formation technique, la promotion du tourisme, l'animation rurale et les PME. Depuis 1983, la Confédération participe aux programmes d'aide alimentaire (maïs, lait en poudre) organisés par l'ONU pour lutter contre la famine au C. et dans les pays du Sahel. Deux accords bilatéraux ont été conclus: en 1987 sur la coopération technique et en 1991 sur la protection des investissements. Un bureau de coordination de l'aide fédérale, ouvert en 1985, bénéficie du travail de Suisses actifs dans des organisations internationales et des associations privées. Le nombre des Suisses dans les îles atteint une quinzaine dans les années 1980, huit en 2000, alors que le nombre des Cap-Verdiens en Suisse passe de soixante-neuf en 1980 à 978 en 2000.


Fonds d'archives
– Documentation du DFAE
Bibliographie
– B. de Fischer, Dialogue luso-suisse, 1960

Auteur(e): Marc Perrenoud