16/05/2012 | communication | PDF | imprimer

Ringgenberg

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. BE, distr. d'Interlaken, arrondissement administratif d'Interlaken-Oberhasli, sur la rive droite du lac de Brienz au nord-est d'Interlaken, comprenant les villages de R. et de Goldswil (depuis 1850), ainsi que des forêts et des alpages sur le Harder et le Graggen. 1240 Rinchenwile, plus tard R. du nom du château. 449 hab. en 1764, 1005 en 1850, 1320 en 1900, 1763 en 1950, 2554 en 2000. Des tombes à cistes, vraisemblablement néolithiques, contenant des corps en position repliée, ont été découvertes dans le village et à l'emplacement de l'ancien donjon du Schadburg; des tombes dallées ont été mises au jour à Goldswil-Mätteli. Deux châteaux s'élevaient sur le territoire communal: le Schadburg, remontant au Moyen Age (mais non attesté dans les sources), et le château de R., probablement construit par étapes dès la fin du XIIe s. (première mention en 1240). Ces deux édifices subsistent à l'état de ruines. Celles du château de R. ont été restaurées en 1928, 1946-1949 et 2006-2008.

Aux XIIe et XIIIe s., R. faisait partie des domaines des barons de Brienz et de Rarogne, qui s'étendaient du Valais à Uri. Après le partage de la seigneurie, la branche oberlandaise des R. s'établit à Brienz, puis vers 1231 au château de R., situé sur un éperon rocheux déjà occupé à l'époque du Bronze final (vestiges de foyer et de céramique). Durant un siècle, les R. consolidèrent leur autorité, ce qui causa parfois des conflits avec le chapitre d'Interlaken. L'essentiel du pouvoir des R. reposait sur les terres et les droits de haute et basse justices (paroisses de R. et de Brienz) qu'ils détenaient à titre de fiefs impériaux et qu'ils exerçaient sur le territoire situé entre la limite supérieure du lac de Brienz (rive droite) et le Brünig. En raison de difficultés financières, les barons de R. remirent en gage la partie occidentale de leur seigneurie avec le château au chapitre d'Interlaken (1351). Le château fut incendié en 1381 lors d'une révolte des sujets de la seigneurie, soutenus par Unterwald (affaire de Ringgenberg). Un arbitrage confédéral rétablit la seigneurie, qui bénéficia d'un traité de combourgeoisie avec Berne en 1386, mais le château ne put être reconstruit, faute de moyens. Vendue à Interlaken en 1411 et en 1439, la seigneurie de R. passa à Berne, une première fois entre 1445 et 1457, puis définitivement après la sécularisation du chapitre d'Interlaken en 1528. Elle fut divisée en deux basses juridictions, R. et Brienz, administrées par le bailli d'Interlaken. Sur le plan spirituel, la partie inférieure de la seigneurie relevait de la paroisse de Goldswil qui comprenait aussi Niederried. Suivant le vœu des paroissiens, Berne fit construire une église sur les ruines du château de R. (1670-1671) en réutilisant les murs et le donjon (transformé en clocher).

Goldswil et R., en partie francs-alleux des barons de R., possédaient des biens communaux depuis le bas Moyen Age. A l'agriculture et à l'économie alpestre s'ajoutèrent au XIXe s. la sculpture sur bois, la marqueterie et le tournage. R. devint un lieu de villégiature dès 1870 grâce à la proximité d'Interlaken et aux bonnes voies de communication (construction de la route du lac jusqu'à R. en 1848, du débarcadère en 1888 et de la ligne de chemin de fer du lac de Brienz en 1916). Au début du XXIe s., les principaux secteurs de l'économie sont le tourisme d'été (hôtels, plage naturelle du Burgseeli, campings), les établissements de cure et l'industrie (bâtiment et activités annexes, carrière), alors que l'agriculture et l'économie alpestre (alpages de Tschingelfeld et de Lombach) sont reléguées au second plan. Les navetteurs travaillent essentiellement pour les entreprises de la Confédération, sises dans la région d'Interlaken.


Sources imprimées
SDS BE, II/6
Bibliographie
– C. Frutiger, Burgruine Ringgenberg, [1983]
– G. Ritschard, Ringgenberg + Goldswil, 1990
– P. Bannwart, Bauinventar der Gemeinde Ringgenberg, 2005

Auteur(e): Anne-Marie Dubler / SR