Burundi

 © 2000 DHS et Kohli cartographie, Berne.
© 2017 DHS

Le Conseil fédéral reconnaît le B. le jour de la proclamation de l'indépendance, le 1er juillet 1962. Le nombre de Suisses (missionnaires catholiques, enseignants et coopérants) est passé de 61 en 1962 à 91 en 1981 et à 17 en 2000. Avant et après son renversement en 1966, le roi du B. séjourna longuement en Suisse. Un consulat fut ouvert à Bujumbura de 1972 à 1990. Le B. profita de l'aide suisse au développement, accordée de préférence aux petits pays. Un accord bilatéral de coopération conclu en 1969 permit de soutenir des écoles d'instituteurs, la faculté des sciences économiques et sociales de l'université, des projets de travaux publics, d'artisanat, de santé, d'habitat social, de développement rural, et de cofinancer le programme d'ajustement structurel dès 1986. Les massacres interethniques de 1972 et 1988 entraînèrent un plafonnement de l'aide suisse, qui se limite au plan humanitaire depuis les années 1990. Dans le domaine de la coopération au développement, on prévoit d'inclure le B. dans un programme touchant toute la région des grands lacs de l'Est africain, pour autant que les conditions deviennent plus sûres dans ce pays frappé par la guerre civile.


Fonds d'archives
– Documentation du DFAE
Bibliographie
– E. Ntakimazi, Expériences d'une éducatrice spécialisée en Suisse et au Burundi, mém. dipl. Fribourg, 1982

Auteur(e): Marc Perrenoud