Syrie

 © 2007 DHS et Kohli cartographie, Berne.<br>
© 2018 DHS

Ancienne province de l'Empire ottoman (1517-1918), la S. est occupée par la France en 1920. Proclamée en 1941, son indépendance n'est définitive qu'en 1946 (République arabe syrienne). Elle fait partie avec l'Egypte de l'éphémère République arabe unie (1958-1961). Le parti Baas prend le pouvoir en 1963; Hafez el-Assad devient en 1970 l'homme fort du pays (république présidentielle). A sa mort, en 2000, il est remplacé par son fils Bachar. Dans le sillage du "Printemps arabe" de 2011, la S. est le théâtre d'un mouvement de contestation contre le régime, qui se transforme dès l'automne en une véritable guerre civile.

En 1945, le Conseil fédéral reconnaît l'indépendance de la S. La Suisse est représentée à Damas d'abord par une chancellerie (1945-1958), puis par un consulat général transformé en ambassade en 1962; elle possède également un consulat à Alep (ces deux représentations ont été fermées temporairement en 2012). La S. a un consulat général à Genève. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, la Confédération y représente les intérêts de l'Italie, puis ceux du Canada (1956-1958), de l'Australie (1956-1959), de la Grande Bretagne (1956-1959 et 1967-1973) et de la France (1956-1962). Même si, comme les autres pays arabes, la S. reproche à la Suisse d'avoir des relations économiques et politiques avec Israël, les rapports entre les deux pays sont demeurés bons. Des entreprises suisses ont obtenu des contrats, notamment BBC (dès 1959), le groupe Bühler (qui, à partir de 1974, a géré la construction de dix-sept silos et usines) et Sulzer (dans l'industrie textile). Des accords bilatéraux ont été conclus notamment pour le trafic aérien (1954 et 2003), le commerce et la coopération économique (1976), la promotion et la protection réciproque des investissements (1977 et 2007). Les échanges commerciaux, auparavant modestes, ont connu une légère croissance au début du XXIe s. En 2011, les exportations suisses s'élevaient à 248,5 millions de francs (produits agricoles, pharmaceutiques, chimiques et horlogers), les importations à presque 4 millions (pièces pour l'horlogerie, bijoux et produits textiles). La S. participe pendant plusieurs années, avec la Jordanie et le Liban, à un projet régional de la Direction du développement et de la coopération (DDC), qui vient notamment en aide aux réfugiés palestiniens et irakiens et s'occupe de la prévention et de la réponse aux catastrophes naturelles. En 2011, la Confédération a accordé plus de 18 millions de francs pour ces programmes. Depuis le début de la crise, la DDC, dont le bureau de Damas a été fermé en 2012, a apporté son concours à des organisations (CICR, HCR, Unicef, PAM, FAO) qui s'occupent du soutien et de la protection de la population en S. et des réfugiés syriens qui ont fui dans les pays voisins (budget provisoire de 10,5 millions de francs en 2012). Les Suisses résidant en S. étaitent 10 en 1947, 60 en 1981 et 210 en 2010 (dont 159 doubles nationaux); les Syriens vivant dans la Confédération étaient 1111 en 2010.


Fonds d'archives
– Documentation du DFAE
Bibliographie
– F. Salamé, Diplomatie suisse dans le Tiers Monde (1945-1955): étude de cas: Liban et Syrie, mém. lic. Lausanne, 2000

Auteur(e): Marc Perrenoud