Mongolie

 2004 DHS et Kohli cartographie, Berne.
© 2018 DHS

L'actuelle M. est l'héritière de l'ancienne province chinoise de M.-Extérieure, devenue autonome en 1911. Transformée en République populaire en 1924, elle entretint des liens très étroits avec l'URSS. Au cours des années 1990, elle s'ouvrit au multipartisme et changea de nom (République de M.). Dès les années 1920, quelques Suisses (aventuriers, commerçants, artisans ou ethnologues) séjournèrent en M. Des traces de ces voyages se trouvent au Musée d'histoire de Berne et au Musée Allerheiligen de Schaffhouse. Parmi ces pionniers, on peut mentionner Karl Alfred Gehring, expert en bâtiment qui travailla pour le gouvernement mongol de 1926 à 1930. Dans les années 1950, la M. ne fut pas reconnue par la Suisse. La Confédération ne souhaitait pas être le premier Etat non communiste à établir des relations diplomatiques avec elle et compliquer ses rapports avec la Chine et l'URSS. La M. ayant été admise à l'ONU en 1961, le Conseil fédéral, conformément à sa politique de neutralité et d'universalité, noua des relations avec elle, gérées d'abord par les diplomates suisses à Moscou (1964), puis à Pékin. Quatre accords bilatéraux ont été signés entre 1997 et 2006. En 2007, Pascal Couchepin a été le premier conseiller fédéral à se rendre officiellement en M. En 2004, la Direction du développement et de la coopération a ouvert un bureau à Oulan-Bator (13 millions de francs au total ont été accordés par la Confédération en 2012). Les échanges économiques restent limités. En 2012, les importations suisses (laines, tissus, peaux) s'élevaient à 4,1 millions de francs, les exportations à 10,6 millions. En 2013, vingt-trois Suisses vivaient en M. et 502 Mongols résidaient dans la Confédération.


Fonds d'archives
– Documentation du DFAE

Auteur(e): Marc Perrenoud